Pimpf
Sibilla
Dans les cartons du projet "SEMIC-VERSE" de JM Lofficier, il y a la reprise d'un personnage de Futura : Sibilla. Je vais donc commencer avec elle le passé des Ressuscités de Fantask 2001.

Sibilla n'a connu que 2 épisodes de 51 pages chacun dans Futura N°32 (mars 1975) & N°33 (avril 1975) qui se trouvent être aussi les 2 derniers de la revue. Dommage, car cet arrêt a provoqué la fin prématurée d'une série au potentiel intéressant. Aux pinceaux de ces deux histoires, on retrouve le talentueux Luciano Bernasconi aidé par un autre italien Pier Carpi au scénario La nouvelle aventure devrait être dessinée par Fred Grivaud et serait un team-up (histoire conjointe) avec Phénix (qui sera l'objet d'un article prochainement). La parution est prévue pour 2002, mais la date définitive n'est pas encore arrêtée (selon le site de JM Lofficier).

Les personnages :

Sibilla est le pseudonyme d'une journaliste spécialisée dans le para-normal publiant ses articles dans le "Flash", hebdomadaire italien. Son vrai nom est Drago et elle a une influence certaine dans son journal au point que si elle ne souhaite pas voir un article qui la gênerait publié, il ne l'est pas. C'est justement ce qui se produit quand elle rencontre Leonardo Verga qui est également journaliste au "Flash". Lui ne croit absolument pas au para-normal et il compte bien prouver que cette mystérieuse Sibilla est un charlatan.
Sibilla et Varga par Luciano Bernasconi

Les histoires :

Dans le 1er épisode "Le secret de Cagliostro", Verga est envoyé par sa rédactrice en chef interviewer un savant allemand à Villa Verucchio. En fait, Sibilla y est déjà car le savant a quelque chose à lui dire. Malheureusement, il se fait tuer par un inconnu et Sibilla est entrainée dans une enquête avec Verga à ses côtés cherchant à démontrer que tous les phénomènes bizarres sont des supercheries. Dans cet épisode, Sibilla récupère aussi l'anneau de Cagliostro qui a d'étranges pouvoirs. A la fin de l'histoire, Verga découvre que la demoiselle Drago n'est autre que Sibilla et ils se lient d'amitié, voire même un peu plus...

Dans le 2ème épisode "Le signe du Loup", ils partent tous les deux pour un reportage en Sicile où ils renconteront la Mafia et le mythe du Loup Garou. Malgré tout, Verga demeure sceptique devant les phénomènes paranormaux. Sibilla promet de le convaincre du contraire.

On pourra remarquer une certaine similitude avec Mulder et Scully des X-Files. Ici, c'est Verga qui est le sceptique (comme Scully) et Sibilla qui y croit (comme Mulder). Ils enquêtent sur des sujets paranormaux et chacun y voit ce qu'il a envie d'y voir. Il y a même ce délicieux mélange d'intérêts communs et de séduction à demi-mots entre les 2 protagonistes. Le tout se conjuguant à merveille avec le trait fin et élégant de Bernasconi. Par contre, Sibilla ne fait pas qu'observer, elle utilise aussi le paranormal (la bague de Cagliotro dans le 1er épisode, des épines de roses dans le second). On peut dire qu'elle a un petit côté sorcière qui ajoute encore à son aura de mystère.

Bien que datant de 1975, cette histoire met aux commandes de nombreuses femmes. Sibilla, tout d'abord, qui est quand même le personnage principal, mais aussi la directrice du Flash, ce qui ne devait pas être si fréquent à l'époque (encore plus en Italie). Une directrice qui fait même un clin d'oeil au scénariste en le citant.

Aujourd'hui encore, on ne sait pas ce que nous révèlera l'avenir de ce personnage et même si on consacrera ou non une série spécifique, mais avouons qu'il y a là matière à de bonnes histoires. Sibilla devenant le "Martin Mystère" de Sémic, avouez que ce serait vendeur, surtout s'il est aussi sexy que l'image de droite (merci Fred de dessiner aussi bien les femmes).

D. Vallet

Sibilla par Fred Grivaud


© Pimpf? le 26/05/2001 - Proposer un site