Pimpf

Message

Mon Journal : Yataca, Fils de la couleur

N°1 de la revue

Ce mois-ci, je vais parler de Yataca, une revue ayant un destin éditorial pour le moins original avec ses changements de formats et d'orientation.

La revue

254 numéros de juillet 1968 à août 1989.
Revue d'abord en moyen format (14,5x21 cm) tout en couleurs pendant 20 numéros avant de passer en Petits Formats noirs et blanc.
Les numéros en grand format contenaient les aventures de Yataca (clone de Tarzan) enfant, tandis que les petits formats racontaient ces aventures d'adultes sans aucune transition, du moins jusqu'au N°203.
Les derniers numéros abandonnèrent le thème de la jungle pour se consacrer au sport de la même façon que des titres comme « En Piste » ou « Trophée » avec des bandes en grande majorité britanniques.

Une des principales caractéristiques de cette revue est le nombre incroyablement élevé de séries s'étant succédé tout au long des 254 numéros.

Les couvertures furent d'abord l'oeuvre de Giorgio Trevisan (pour les numéros en couleurs), puis Victor Peon prit la relève pendant un bon bout de temps. D'abord remplacé par Tomas Porto, puis par Enzo Chiomenti, c'est Francesco Gamba qui fit l'essentiel du travail sur la fin, parfois relayé par Guido Zamperoni.

Le N°1 de la revue avec Yataca, Itza et Théoti.

Un Auteur : Denis McLoughlin

Denis McLoughlin est né le 15 avril 1918 à Bolton dans le Lancashire. Après avoir arrêté ses études à quatorze ans, il entre dans une école d'art à Manchester et commence à travailler en illustrant des catalogues ou des couvertures dès 1934. Sa véritable carrière débutera en 1945 lorsqu'il fut engagé par Boardman, un éditeur londonien important du matériel américain. McLoughlin illustre alors des centaines de couvertures de l'éditeur, mais crée également "Roy Carson Special Agent" (policier) et "Swift Morgan" (SF) en 1948. En 1949, il devient l'illustrateur attitré de "Buffalo Bill Annual". En 1967, Boardman fait faillite et McLoughlin se met à travailler pour Amalgated Press (Fleetway) avec "Saber, King of the jungle" pour la revue "Tiger" qui deviendra "Yataca" version adulte en France. Puis il dessine "Fury's Family" qui paraîtra dans "Thunder", puis dans "Lion" avant d'être traduit dans l'hexagone sous le titre de "La famille Nohey" (Yataca également). Après cela, il consadre deux ans à une encyclopédie sur le western "Encyclopedia of the Wild West" pour Doubleday (l'éditeur d'Isaac Asimov). En 1974, il commence à travailler pour DC Thomson, le fameux éditeur écossais pour lequel il dessinera divers récits pour les revues "Wizard", "Buddy ou "Bullet" dont certaines seront traduites dans "Buffalo Bill" chez Jeunesse & Vacances ou "La Maison du mystère" et "King Cobra" chez Arédit-Artima.
A partir de 1982, le marché anglais est en crise et McLoughlin ne dessine plus que pour "Commando Picture Library" des récits complets de guerre de 64 pages dont il produira environ 130 numéros, ce qu'il fit jusqu'à sa mort le 22 avril 2002.

Source : Hop N°96 (Gérard Thomassian) et site internet sur l'auteur.

Saber, King of the jungle dans la revue Vulcan


Les séries

YATACA (Giorgio Trevisan puis Joe Colqhoun, Denis McLoughlin, Josep Subirats, Victor Peon, Garcia Quiros, Annibale Casabianca) N° 1 à 209.
Yataca semble avoir été créé directement pour "Aventures & Voyages" et dessiné par Giorgio Trevisan, du moins dans sa période "enfantine" parue en moyen format couleurs (N°1 à 20), puis l'éditeur a adapté la série anglaise "Saber, King of the Jungle" (parue dans LION et rééditée dans VULCAN) dessinée par Joe Colqhoun puis Denis McLoughlin du N°21 à 29 en donnant à Saber le nom du "Fils du Soleil". Quand les épisodes britanniques furent épuisés, la série fut reprises par divers dessinateurs dont Josep Subirats, Victor Peon ou Garcia Quiros avec des aventures inédites jusqu'au N°129 puis en alternant inédits et rééditions jusqu'au N°209.
En Amazonie, le long de l'Orénoque, un incendie ravage un village et trois enfants s'enfuient. Il s'agit de Yataca le blond, Théoti, le noir et Itza la blonde. Ils seront recueillis par Ram la femelle puma qui les élèvera avec ses propres petits, les protégeant des animaux hostiles comme Cob le jaguar ou ou Gourm le caïman. Parmi les animaux, on trouve aussi Iki le petit araguate colporteur des nouvelles, Luun le hibou philosophe ou Tollan l'éléphant échappé d'un zoo. Petit à petit, Yataca prendra une place à part dans cette communauté et quand il rencontrera Huatlan, le vieil homme, il découvrira qu'il est le "fils du Soleil".

A partir du N°21, Yataca devient adulte et perd ses compagnons initiaux au profit d'un géant noir répondant au nom d'Umbala et parfois de Chicky le petit chimpanzé. Plus bizarrement, il migre des rives de l'Orénoque (en Amérique du Sud) en Afrique sans que le lecteur ne sache ni pourquoi, ni comment. Si les épisodes tirés de Saber sont magnifiques graphiquement, la suite sera plus inégale selon les dessinateurs. Les scénarios sont relativement classiques pour un clone de Tarzan. On y retrouve les civilisations perdues, les sorciers fourbes et les explorateurs sans scrupule.

Kirbi Flint et Big Joe

Marsimonstre dessiné par Chiomenti

LES DIABLES DE PAXTON (Barrie Mitchell) N° 230 à 253. Série anglaise du nom de "Paxton's Powerhouse" parue dans la revue "SCORCHER". Vince Paxton est un ancien joueur professionnel de football devenu manager du club de Delton United. Malheureusement, sa passion sans limite le pousse aux excès et il se fait renvoyer du club après avoir frappé un joueur ayant commis une erreur. Pour se venger, il décide de créer sa propre équipe qu'il appelle les « Diables de Paxton ». Pour cela, il recrute des joueurs amateurs pour leurs qualités physiques et non pour leur technique. Ensuite, avec son âme damnée Zorron, il les soumet à sa « machine de puissance » pour en faire des surhommes. Malgré cela, les Diables ont bien du mal à gagner leur premier match car la machine ne supporte pas la pluie. Pendant ce temps, les dirigeants de Delton United envoie Mick Darby, un joueur, espionner Paxton afin de découvrir ses méthodes particulières. Pour mieux remplir sa mission, Darby se fait même enrôler dans l'équipe de l'irascible Paxton.
Une série sportive plutôt originale car Paxton est un personnage sombre et brutal.


MARNEY LE RENARD (Scott Goodall & John Stokes) N° 89 à 101. Série anglaise s'appelant "Marney the fox" parue dans la revue "BUSTER" du 22/06/1974 au 11/09/1976. Marney est un jeune renard en fuite particulièrement malin confronté sans cesse à toutes les turpitudes humaines ou animales. On le suit donc dans ses tribulations dont le moins que l'on puisse dire est qu'elles ne sont pas de tout repos.

Une série originale avec un héros animalier réaliste. A découvrir.


MARSIMONSTRE N° 174 à 181. Série anglaise. Marsimonstre est un extra-terrestre hideux, mais gentil commettant gaffes sur gaffes. Il est "adopté" par Peter et Johnny Bates à l'insu de leurs parents. Pour dissimuler son physique peu amène, les deux garçons lui ont concocté un masque en caoutchouc. Un masque qu'il a la fâcheuse tendance à perdre ou à abîmer, créant ainsi des situations inextricables... dont ils se sortent malgré tout.



ANTARES (Juan Escandell) N° 57 à 119.
L'homme-poisson a connu ses premières aventures dans Yataca avant d'avoir sa propre revue. On notera une ressemblance assez nette avec « Fishboy », une série parue dans « Brik ».
Marc Bresson est un savant installé pour ses expériences dans une petite île du Pacifique quand il distingue un objet céleste lumineux s'écrasant non loin de là. Curieux, il décide d'aller y faire un tour. Il découvre les restes calcinés d'un vaisseau spatial ainsi qu'un container fermé contenant un petit enfant brun. Il décide de s'en occuper et le nomme Antarès. Un jour, le garçon découvre qu'avec le collier que son "père" lui a donné, il possède une force surhumaine. Ce dernier lui confie que ce bracelet a été forgé avec un métal découvert sur le lieu de sa "naissance". Lors d'une plongée, Antarès découvre qu'il peut parler aux créatures aquatiques. Rapidement, il devient l'ami de Roal le dauphin et de Boul le poisson. Ces deux compagnons ne vont plus le quitter et Antarès va devenir un "justicier" maritime.
Une série très classique dont les scénarios restent confinés au registre enfantin et naïf.

LA FAMILLE NOHEY (Denis McLoughlin) N° 58 à 74
Série anglaise parue dans "THUNDER" puis dans "LION" du 20/03/1970 au 21/10/72.
Nohey a disparu à l'âge de six ans en Afrique et il se retrouve dans un cirque au milieu des animaux dont il apprend le langage. Fuyant le cirque où il est très malheureux, il trouve refuge avec toute sa ménagerie dans une vallée inconnue de tous. Pendant ce temps, son père fait tout pour le retrouver. Finalement, il y parviendra, mais ils seront à nouveau séparés.
On retrouve avec plaisir le graphisme si particulier de McLoughlin avec des scénarios d'Angus Allan qu'on a aussi vu à l'oeuvre sur « Janus Stark », « Reptil » dans « Sunny Sun » ou « Sexton Blake » entre autres.


CHUCK BATSON N° 213 à 228. Série anglaise racontant les aventures de Chuck Batson et de son ami Big Ernie qui ont quitté l'école pour aller travailler juste quand on leur propose d'intégrer le club de rugby de Rushton. La faible carrure de Chuck étant un handicap qu'il compense par ses qualités techniques. De plus, Clarkson, le patron de Chuck est un homme autoritaire brimant ses employés, surtout quand ils jouent mal au rugby.

Une série plutôt originale dans ce registre sportif mêlant le rugby et une certaine misère sociale à la Dickens.

DAVE WHEELER (Pierre le Goff) N°165 à 185. Série allemande. Dave Wheeler est un pilote de moto de Grands Prix. Avec Clint, son mécano et Donna, ils parcourent les circuits tout en essayant de faire triompher la justice.

Une série classique où les dessinateurs se succèdent.

GOAL KEEPER (John Stokes) N° 204 à 232. Série anglaise parue dans "ROY OF THE ROVERS" du 26/11/1983 au 05/05/1990. La série s'est poursuivie dans "Roy of the Rovers monthly". Gordon Stewart est gardien de but (goalkeeper en anglais) du club de Tynefield qu'il emmène jusqu'aux sommets grâce à son talent extraordinaire.
Une série de football dont la seule originalité est que son héros n'est pas un buteur, mais un gardien. Encore qu'il lui arrive de marquer quand même.


KANGOUROU KID N° 186 à 191. Série anglaise du nom de "Kangaroo Kid" parue dans "SCORCHER". Kangourou Kid est un jeune homme qui a grandi parmi les kangourous en Australie ce qui lui a donné d'étonnantes facultés physiques. Il débarque en Angleterre et devient rapidement la vedette du F.C. Britannique Redstone Rovers où il marque buts sur buts malgré les jalousies et les coups fourrés incessants dont il est la victime.


LES CYBERNÉTIQUES N°117 à 124. Iona Radan et son ami Elek Steel sont soumis à un traitement ionisant qui en fait des sur-hommes cybernétiques (dans le style "L'Homme qui valait trois milliards" ou "Super-Jaimie"). C'est le professeur Benson de la Confédération Mondiale des Recherches Secrètes (C.M.R.S.) qui l'a inventé afin qu'ils "luttent contre l'injustice et la tyrannie de ceux qui veulent mettre à profit les progrès de la science pour dominer le monde et le soumettre à leur loi". On voit ainsi notre duo combattre les savants fous à travers le globe tandis que Iona essaie de séduire Elek qui reste de marbre.


NB : On notera avec amusement que le nom des deux héros n'est pas sans rapport avec leur état cybernétique.



ROY ET SES DIABLES (Frank Pepper) N° 21 à 56, 253, 250
Série anglaise créée par Frank Pepper sous le nom de "ROY AND THE ROVERS" dans « Tiger » en 1954 avant d'avoir sa propre revue. Frank Pepper avait créé auparavant 'Danny of the Dazzlers' pour Champion Comic. D'autres auteurs ont travaillé sur Roy, comme Derek Burnage alias Bobby Charlton (qui est le nom d'un vrai joueur de foot ?)
L'idée du créateur était de raconter l'histoire d'un gars ordinaire qui, par son talent, finissait par devenir une star.
Roy poursuit donc sa vie au cours du temps:
- Il se marie
- Il a des enfants: 2 jumeaux en 1977, & un 3ème en 1982.
En 1986, 8 membres de son équipe sont victimes d'une bombe terroriste.
Sa femme meurt, en 1994.
Je crois même qu'il est victime d'un accident d'hélico et qu'il perd une jambe ! ! ! Mais ces épisodes là sont inédits en France.


NB : Attention, cette série a commencé sous l'appellation "Roy le roi".


MIZOMBA (Mario Igor) N° 75 à 88. Série chilienne. Mizomba est blanc et blond. Il a été recueilli enfant par Mukala alors qu'avec sa mère, ils avaient fait naufrage sur les côtes africaines. Sa mère n'a pas survécu à l'accident tandis que Mizomba et son chien Kiron furent adopté par le village des Walkis dont Mukala était le chef. En grandissant, Mizomba devint le "Tarzan" local faisant régner l'ordre et la justice, particulièrement avec les hommes blancs faisant irruption dans son domaine.

Encore un Tarzanide dont la seule originalité est son origine chilienne. Bien que Mario Igor soit le seul dessinateur connu, il n'est pas le seul à avoir oeuvré sur cette série.




La 1ère planche de Sunday

RICKY (G. Longhi & Rugerro Giovannini) N° 143 à 164. Ricardo Bravo surnommé "Ricky" fait ses débuts dans un grand quotidien italien, mais son rédacteur en chef apprécie peu ses articles. Il lui propose un sujet : les vols de voiture afin qu'il aille enfin au fonds des sujets traités. Rocky décide de s'investir vraiment sous l'impulsion de Pasetti, le vieux responsable des archives du quotidien. Finalement, son enquête l'amènera à résoudre lui-même l'énigme en question et après ce premier reportage, il décide de travailler en free-lance pour le journal. Il enfourne sa grosse moto et parcourt le monde en sauvant la veuve et l'orphelin pour écrire ses articles.

Une série bien menée, mais finalement assez classique malgré la touche de "jeunisme" avec la grosse cylindrée.


RON CAMARO N° 186 à 203. Série allemande. Ron Camaro est un pilote de stock-car. Accompagné de Linda, sa compagne, il va de courses en courses où il se trouve régulièrement confronté à Johnny Dillas, un adversaire peu scrupuleux. Des duels dont il sort bien évidemment gagnant.


RON FLASH (Attilio Micheluzzi) N° 125 à 142. Ronald Hansen, surnommé "Ron Flash" en raison de son métier de reporter-photographe est un globe-trotter casse-cou toujours prêt à esuyer le coup de feu pour une bonne cause. Comme il a la malheureuse tendance à se trouver là lors d'assassinats, il n'hésite pas à jouer au justicier autant qu'au journaliste.
La série aurait pû se cantonner dans un registre classique du journaliste-aventurier inauguré par Tintin, mais Micheluzzi donne au héros des considérations plus profondes et plus politiques qui l'amèneront jusqu'à une fin tragique plutôt inhabituelle pour un héros de papier.

Ci-contre, Ron Flash en couverture dessinée par Micheluzzi





Johnny Focus alias « Ron Flash »

Les autres séries : ANDY & SES FOURMIS N° 182, BANG BANG SAM (Vicar) N°70, BUBULE ET GRIGNOTTE N° 172, SLAKO LE PETIT ROI (Lina Buffolente) N°1 à 10, TROTTY N°152, PONPON (Carlo Chendi & Luciano Bottero) N°171, PROFESSEUR PIPE (Cézard puis Sartoris, Guzzon et Sinchetto) N° 23 à 57, PIMPIN ET SON ZOO (Leo Baxendale) N° 61, PETITE PLUME N° 117, LE VIKING VOLANT (Donne Avenell & Nevio Zeccara, Jesus Blasco, Anon) N° 11 à 20, DAN PANTHER (Santo D'Amico, Roberto Diso) N° 120 à 173, COMMANDANT "POINGS DE FER" N° 51, TERRE D'AFRIQUE N°101 à 103, RED SKATE (Ricci & Fuschino) N° 204 à 206, LE PREMIER PROF N° 200 à 202, LE KAMIKAZE N° 212 à 215, JIMMY JUPITER (Mario Capaldi) N° 182 à 185, GARGAN (Ken Mennel & Francisco Solano Lopez) N° 192 à 196, FIDO N° 57, DURRELLS PALACE (Fred Baker & Yvonne Hutton) N° 250 à 253, D COMME DUR (Barrie Tomlinson & Douglas Maxted puis Michael White) N° 250 à 253, CASSE-COU N° 216, 217, ALF'S ALBION (Leslie Branton) N° 229 à 233, A PLEINS TUBES ! N° 204 à 212, SKATE BORG N° 207 à 211, LES FRÈRES MARKS (Barrie Mitchell) N° 233 à 253, KING LE ROI DU CIRCUIT (Renato Polese) N° 218 à 229.

Insolite :

On peut lire les aventures de Dan Panther qui s'appelle ici Dan Panthère, mais il s'agit bien du même personnage.
« Ron Flash » de Micheluzzi est paru aussi sous son titre original « Johnny Focus » dans « Super As » ainsi que dans trois albums (deux chez Kesselring et un chez Artefact).
La série « Chuck Batson » s'est aussi appelée « Chick Batson », ce qui doit être une allusion à la faible carrure du héros, « chick » étant une expression signifiant « gringalet ».

Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/yataca/index.htm

On peut trouver d'autres informations sur « Roy et ses Diables » sur le site www.royoftherovers.com

On peut lire une bibliographie exhaustive de Denis McLoughlin sur la page : http://www.geocities.com/Hollywood/Hills/6569/DenisMc/denistxt.htm


Dominik Vallet


© Pimpf? le 14/05/2004. Proposer un site