Pimpf

Message

Mon Journal : Safari, Y'a pas photo !

N°1 de la revue

Ce mois-ci, je vais parler de Safari, une revue portée sur l'aventure.

La revue

169 numéros de septembre 1967 à mai 1987.

Mensuel jusqu'au N°134, puis trimestriel jusqu'au N°166 et bimestriel jusqu'à la fin.

Les séries principales furent « Katanga Joe », « Klip et Klop » ou « Tiki, fils de la jungle » dessiné par Stelio Fenzo, mais on y retrouva quantité d'autres séries sympathiques comme « Delta 99 », « Jungle Jack », « Kid Pharaon » ou « Flash Spécial »..

On retrouve Enzo Chiomenti comme à l'accoutumée pour une bonne part, mais aussi Tomas Porto, et quelques autres pour les couvertures.



Le N°1 de la revue avec Katanga Joe, Rip et Pirouli.

Un Auteur : Claudio Tinoco

Claudio Tinoco Caraballo est né à Ceuta le 20 août 1920. Durant les années 40, il fait son entrée dans le monde des « Tebeos » (BD populaires en Espagne) chez « Editorial Valenciana » en dessinant quelques épisodes dans « Selección Aventurera » et « Mc Kay de la policía montada ». Plus tard, il réalise quelques travaux pour « Hispanoamericana de Ediciones » avec 3 épisodes de « Ric y Rob » et 8 épisodes de « El Shérif Thompson ». Il collabore avec Edmundo Marculeta dans la collection « Juan y Ramiro ». En 1951, il travaille pour la revue « Juventud Audaz » (Editorial Valenciana) en dessinant « Rex Temple », « El hotel de los fantasmas », « Allan Vance » et « La dama desconocida » tout au long des 12 premiers numéros.
En 1957, avec l'éditeur « Maga », il réalise 76 épisodes de la seconde série d' « Apache », en prenant la suite des Luis Bermejo qui avait créé le personnage l'année précédente.
En 1959, il est embauché par « Bruguera » pour dessiner son personnage le plus emblématique : « El Capitan Trueno » (« Taroïo » en France). D'abord dans « El Capitan Trueno Extra » du 5 septembre 1960 jusqu'au 6 mars 1961, à raison d'une double page centrale dans cet hebdomadaire



Katanga Joe en version espagnole

En 1961 est publié "Leon Marin", dessinée par Tinoco jusqu'au N° 5. La même année, il publie « La Cuadrilla » une série en 46 numéros en collaboration avec Segrelles. Les personnages ne sont pas sans rappeler les héros juvéniles de « Katanga Joe ». En effet, il s'agit d'un quatuor notamment composé d'un noir et d'un enfant grassouillet.
En 1962 il crée pour « Iberomundial » la série "Safari" dans la revue « Monitor », qui durera le temps de 74 numéros. Il s'agit en fait de « Katanga Joe » dans sa version originale. En 1964, l'éditeur « Galaor » publie la série « Espartaco » composée de 26 numéros. En 1965, il crée sa dernière série pour le marché espagnol, « El pequeño Sioux » (Le petit Sioux) pour « Iberomundial » le temps de 32 numéros.
Il passe ensuite chez les éditions « Aventures et Voyages » pour lesquels il travaillera jusquen 1980. Il y continue sa série « Safari » renommée « Katanga Joe » directement pour la France. Il est alors à l'apogée de sa créativité et collabore avec divers autres éditeurs. Dans la dernière partie de sa vie, il réalise quelques caricatures et quelques histoires inédites qu'il a signé sous le pseudonyme « Tino ». Le 6 avril 1993, il quitte définitivement ce monde sans obtenir la reconnaissance qu'il aurait mérité.

Les séries

KATANGA JOE (Claudio Tinoco) N° 1 à 136. Série espagnole parue sous le nom de "Monitor" dans la revue "Coleccion Safari" à partir de 1962 pour 74 épisodes. Série rééditée dans Akim N°644 à 756. Après avoir épuisé les épisodes espagnols, Tinoco en a réalisé directement pour "Aventures & Voyages".
Le guide de brousse Joe Burton est surnommé "Katanga Joe" par ses amis. Parmi ceux-ci, il y a Percy O'Casey, son beau frère et Miranda sa soeur, eux-même parents d'Horacius, le brun, plus communément appelé Rip et du blond Archibald surnommé Pirouli. Katanga a promis aux deux lascars de les emmener avec lui en expédition et lorsqu'il tient enfin sa promesse débutent des aventures qui ne les quitteront plus. Alors qu'ils tentent de délivrer la jolie Diana, Pirouli est enlevé par des singes et c'est le jeune noir Behou-Bou qui le délivrera (dans le N°2). Ce dernier se prétend même sorcier, mais ses paroles vont bien au-delà de ses capacités réelles. Plus tard, Pirouli rencontrera le rondouillard Oscar qui sera le dernier compère du trio. En effet, pendant que Rip accompagne Katanga dans ses missions "officielles", Pirouli, Behou-Bou et Oscar oeuvrent à leur façon pas toujours très catholiques pour arriver aux mêmes buts. Par la suite, ils se procureront un side-car avant de s'enrôler dans la police de la jungle.
Une série enfantine où les héros juvéniles vivent des aventures rocambolesques.

ONCLE ARTHUR N° 1 à 6. Série humoristique. L'oncle Arthur nous raconte ses aventures rocambolesques et parfaitement incroyables. A ceux qui prétendent qu'il n'est qu'un affabulateur, il n'a malheureusement aucune preuve à apporter car elles s'évanouissent toutes comme par magie.
Série joliment dessinée, mais à l'humour trop répétitif.

JOHNNY SPEED (Tito Marchioro) N°116 à 127. Johnny Speed est un pilote de moto travaillant pour Honda. Il est souvent confronté à toutes sortes d'aventures en compagnie de « Bricole » et « Viola » ses deux meilleurs amis.
Le dessin rapide et les décors quasi-inexistants ne rendent pas service à une série guère passionnante. Malgré tout, elle eut droit à de nombreuses couvertures lors de son passage dans la revue.

Original de Tinoco

Reproduction d'un original de Tinoco



Klip et Klop

KLIP ET KLOP (Tom Tully & Mike Western, Fuentesman & Tomas Porto) N° 1 à 92. "Wild Wonders" est une série anglaise parue dans la revue "VALIANT" durant 31 épisodes du 28/03/1964 au 13/12/1975 sur un scénario de Tom Tully et des dessins de Mike Western, puis repris par Mon Journal et dessinée notamment par Tomas Porto et Francisco Fuentes Man. La série se termine dans Bengali N°64 à 67 avant d'être rééditée complètement dans Akim N°526 à 621 puis dans la 2ème série de Capt'ain Swing de façon incomplète.
Alors que l'équipe olympique britannique part s'entraîner sur l'île Worrag dans l'archipel des Hébrides en Ecosse, les athlètes sont rapidement confrontés à de curieux évènements. Des créatures étranges semblent visiter leur campement. Rapidement, ils découvrent qu'il s'agit de deux jeunes garçons extra-ordinairement doué pour le sport, mais ne connaissant pas le langage humain. Ils se contentent de baragouiner un idiome qu'ils se sont constitués entre eux. Mike Flynn, un nageur les prend sous son aîle protectrice, un peu malgré lui car ils se sont attachés à lui. Ils se font appelés Klip et Klop, mais des recherches montrent qu'ils s'appellent en fait Ricky et George Wild qui sont arrivés sur cette île suite au naufrage du navire qui les transportait avec leurs parents. La fédération anglaise décide de les enrôler dans l'équipe olympique où ils éclaboussent tous les athlètes de leur talent pendant que Mike Flynn tente de leur inculquer les bases de la civilisation.
La série était partie sur des bases réalistes et sportives, mais elle a doucement viré dans l'humour et les successeurs de Mike Western ont encore accentué. La dernière aventure et leur retour sur Worrag contraste donc énormément avec le reste car elle a été écrite lors de la période « réaliste ». On pourra la relire prochainement...

Klip et Klop en action

BULL ROCKET (Oesterheld, R. Collins Carovini & Angel Fernandez) N°158 à 163. Série d'origine argentine reprise au dessin par Angel Alberto Fernandez. Scénario Hector Oesterheld, puis Ray Collins et O. Carovini. Bull Rocket et ses amis Bob Gordon, Pig et Ma'Pigmy ont été plongé dans un sommeil artificiel par leur ennemi le savant fou Lou Rohmer en 1958. Ils se réveillent plus de 20 ans après grâce à l'intervention de sa fille Luzbella. Toujours secondé par l'assistant de son père Murmo, elle demande à Bull Rocket de l'aider à mener une expédition sur la Lune afin de trouver une nouvelle source d'énergie. Mais de nombreux obstacles se dressent sur leur route et notamment Xifas, l'ancien disciple de Lou Rohmer ou encore le bio-ordinateur composé de cerveaux de scientifiques trépanés par le même savant fou.


JUNGLE JACK (José Larraz & Jordi Bernet) N° 88, 89, 91. Série anglaise parue sous le titre "JUNGLE JAK" dans la revue "LION". Jack a grandi dans la jungle parmi les animaux. Un jour, Chico son ami chimpanzé est capturé par le cirque Barnwell. Pour le sauver, Jack monte dans l'avion qui l'emmène en Angleterre. A son arrivée, les gens le prennent d'abord pour un dangereux animal sauvage car ils ne distinguent qu'une silhouette floue. Plus tard, il se liera d'amitié avec les gens du cirque qui l'aideront à retrouver les traces de son passé.
Une courte série dessinée par Bernet lors de sa période britannique.

TEDDY N° 93 à 109. Apparemment, série allemande réalisée par différents dessinateurs dont Ramon Lopez. On retrouve cette série dans Bengali.
Teddy Clark est un jeune garçon vivant en Inde ami des animaux sauvages et notamment de Shimmy le petit singe, Lahani l'éléphant, Shoumba le serpent ou de Sheeta la panthère noire. Il est accompagné de Khamar et de Wram des jeunes hindoux et de Paki un garçon un peu mladroit. Ensemble, ils vivent des aventures où leur amitié avec les animaux sauvages leur permet souvent de se tirer de sales draps.

KID PHARAON (Solano Lopez, Julio Schiaffino, Geoff Campion) N°96 à 116. Série anglaise appelée "Kid Pharaoh" publiée dans la revue "Valiant" sur 12 épisodes entre 1972 et 1975.

Découvert par Frank Jennings au fond d'une pyramide inviolée, Zethi, le jeune pharaon condamné par le grand prêtre Thotek à « dormir tant que règneront les ténèbres » est retrouvé après 3 000 ans de coma et devient « Kid Pharaon », un célèbre lutteur. Accompagné de Jennings devenu son manager, il parcourt le monde en luttant contre des adversaires divers et variés tout en essayant de contraindre le baron Munsen et Kramp son brutal acolyte de briser la malédiction qui le plonge à nouveau dans le coma sitôt la lumière venant à manquer. En effet, il est persuadé que Munsen est la réincarnation de Thotek. Bizarrement, Jennings disparaît dans le N°107 et il est « remplacé » par Jerry Smith, un adolescent orphelin avec un plâtre sur la jambe...

Une série originale, mais un peu répétitive.


LE CYCLOPE (John Cooper) N°138 à 147. Jack Mac Bane est flic et on le surnomme le « Cyclope » en raison de son bandeau noir sur son oeil perdu. Travaillant essentiellement dans les bas quartiers de New York, il use de méthodes expéditives pour résoudre ses enquêtes, n'hésitant pas à frapper ou à tuer si c'est nécessaire.
Son look à la « Nick Fury » et ses méthodes à la Charles Bronson en font un personnage monolithique et violent assez éloigné des habituels bons sentiments véhiculés par les héros. Pourtant, on ne sent guère de recul chez ce personnage. Tout semble pris au premier degré et la violence gratuite finit par être dérangeante.


Kid Pharaon

Kid Pharaon


Tiki

FLASH SPÉCIAL (Antonio Mancuso & Loredano Ugolini) N°148 à 169. Tony Gagliardo est le journaliste vedette de "TV City". Son émission de reportage est très populaire et lui permet de démêler de nombreuses affaires avec son collaborateur de l'ombre : Charles Irving Adams surnommé C.I.A. et sous l'oeil protecteur du "patron", une vieille dame en fauteuil roulant : Leonor Forsyte.

La série oscille souvent entre journalisme d'aventure et polar, mais le héros sait garder une humanité rare, notamment avec l'évocation en filigrane de son divorce avec Joan, sa femme ne supportant plus l'omniprésence de son travail.


TIKI FILS DE LA JUNGLE (Giancarlo Ottani, Giancarlo Berardi & Stelio Fenzo) N°110 à 151.
Série italienne créée par Hugo Pratt sous le nom de "Kiwi", mais qu'il abandonne après avoir dessiné 7 pages pour passer le relais à Stelio Fenzo. Parution en Italie de 1963 à 1967.
Tiki est recueilli par le sorcier Massa qui lui apprend qu'il est le fils d'un prince cruel. Aidé par le lion Arek et Buik le singe, il décide de lutter pour le bien.
Clone de Tarzan sous la plume inspirée de Stelio Fenzo. Réédition des épisodes parus dans « Lancelot ».


SIMBA, LE FILS DU FLEUVE (L. D'Este & Stelio Fenzo) N°152 à 169. Le Congo, Afrique équatoriale en 1911, un territoire âprement disputé par les Anglais, les Allemands et même les Belges. C'est là que vit Simba, le petit blanc surnommé le "Fils du Fleuve". Quelques années auparavant, durant la guerre du Transvaal, une famille de colons s'est fait attaqué par des indigènes. Le mari est tombé sous les flèches tandis que la mère confie son enfant au fleuve afin de lui sauver la vie, puis elle s'agenouille, un sourire béat aux lèvres. Les assaillants la crurent folle et n'osèrent pas la tuer de peur que son esprit prenne possession d'un autre corps selon une de leurs croyances. Zougor le lion et Bahar l'éléphant recueillirent le bambin et l'élevèrent. Il fut donc appelé Simba car il avait été élevé par un simba... un lion.
Après leur avoir sauver la vie, Simba se noue d'amitié avec le capitaine Patterson et le sergent O'Kneefe de la garnison britannique toute proche, mais surtout, il veut retrouver sa mère.
Une série fort proche de "Tiki", mais avec un dessin et un scénario plus aboutis. Une vraie réussite.

DELTA 99 (Jesus Flores Thies & Carlos Gimenez) N° 131 à 157.
puis Adolfo Usero, Mascaro, Nebot puis à Manuel Ferrer. Roger (alias Josep Toutain), Victor Mora et Esteban Maroto font également quelques scénarios.
On retrouve cette série dans la revue Vick dans des épisodes inédits. Delta 99 est un extra-terrestre à forme humaine envoyé sur Terre par la Confédération des Planètes des Trois Galaxies afin de surveiller la planète et d'éviter qu'elle ne tombe entre les mains d'hommes aux ambitions démesurées, ce qui pourrait mettre en danger le reste de l'univers. Delta 99 installe donc sa soucoupe volante au fond des océans pour combattre notamment Péryl, une extra-terrestre comme lui, séduisante comme une James Bond-girl et toute aussi dangereuse. Dès sa première aventure, il se lie d'amitié avec Lu, la jolie pirate chinoise avec qui il fera équipe. Une série aux scénarios subtile et au dessin d'une grande qualité. Une grande réussite justifiant l'achat de cette série. 30 épisodes ont été publié en Espagne à partir de 1968 dans la revue "Delta 99",

NB: Les filles sexies de Gimenez n'échapperont pas aux retouches de la censure dissimulant les formes généreuses de certaines de ces créatures. Dommage... Sous le pseudonyme de Roger, on retrouve en fait l'éditeur Josep Toutain.

Klip et Klop
L'album de Klip et Klop

Les autres séries : BANG BANG SAM (Vicar) N°101, BARNABÉ (Juan Rafart et Roy Wilson) N°146, Yankee (Michel Paul Giroud) N°79, LA BANDE À ZOZO (Leo Baxendale) N° 47, 48, 50, 51, 52, 56, 59, 62, 65, 67, 69, 70, 87, BILL ET BOSS N° 66, TROMPINET N° 153, CAPT'AIN VIR-DE-BOR (Michel Paul Giroud) N° 48, 73, 75, 76, 82, 84, 85, 86, 92, 136, TEXAS BILL (Tito Marchioro) N° 21, PROTON N° 9, 29, 36 à 39, 41, PROFESSEUR KOSMOS N° 32, PIMPIN ET SON ZOO (Leo Baxendale) N°77, 81, PERLIMPINPIN N° 30, MAWA (Juan Fara ) N° 93 à 94, ORESTE N° 13 à 28, 31, LE CHEVALIER DE FIÈREMINE (Lino Landolfi) N°7, 8, CAP'TAIN RIK ERIK (Claudio Nizzi & Attilio Micheluzzi) N° 153, Lieutenant Baraka N°164 à 169 (A. Captier).

Insolite :

L
a série « Bull Rocket » a aussi été publiée sous le titre « Bul Rocket » (avec un seul L à « Bull »).

Un album grand format et en couleurs a été publié en 1974 mettant en vedettes « Klip et Klop » en reprenant leur première aventure dans le format d'origine et non remontée pour tenir au format 13x18 cm.

Un épisode unique du « Cap'tain Rik Erik » dessiné par Attilio Micheluzzi est paru dans le N°153. Une curiosité pour tous les fans de ce dessinateur « culte ».

Les origines du « Chevalier de Fièremine » de Lino Landolfi (« Procopio » en Italie) ont été publiées dans les N°7 et 8. On retrouvera ensuite ce personnage dans la revue « Tchak ! ».


Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/safari/index.htm

La biographie de Claude Tinoco est pour une bonne part issue du site en espagnol : http://www.iespana.es/ElColeccionista/tinoco.htm

Dominik Vallet


© Pimpf? le 30/10/2003. Proposer un site