Pimpf

Message

Mon Journal : Pistes Sauvages, le "Sunday" Telegraph

N°1 de la revue
Le N°1 de la revue avec Kirbi Flint
Ce mois-ci, je vais parler de Pistes Sauvages, une autre revue dédiée au western.

La revue

48 numéros de janvier 1972 à décembre 1975.
Revue exclusivement consacrée au western avec comme séries principales "Kirbi Flint", "Sunday" et "Giddap Joe".
La revue se transformera en Mister No en conservant toutefois Giddap Joe comme série secondaire. Une de ces particularités sera d'intercaler entre deux westerns réalistes une série humoristique comme "Jim Minimum", "Pampa" ou "Long Couteau de Scotland Yard". L'autre est sa "parenté" avec "El Bravo" avec lequel il partagera "Black Jack" et "Killroy" tandis que "Jackaroe" était avec "La route de l'Ouest".

On retrouve Enzo Chiomenti, Tomas Porto et quelques autres anonymes (dont peut-être Antonio Canale, l'auteur de Kirbi Flint) pour les couvertures.
Un Auteur : Victor de la Fuente
Victor de la Fuente est né en 1927 en Espagne. En 1940, il part vivre au Chili et débute sa carrière au sein du studio de Lopez Rubio. Dans le même temps, il coopère avec des magazines comme "Maravillas", "Flechas y Palayos" ou "Chicos". Quand il quitte ce pays, c'est pour fonder une agence de publicité aux Etats-Unis, mais il continue toujours de dessiner pour le magazine "El Peneca" ou pour "Dell publishing" à New York. Il retourne en Europe en 1959 où il travaillera pour les agences britanniques Fleetway et DC Thompson.

En 1967, il rencontre Victor Mora avec qui il dessinera "Sunday" dès l'année suivante durant 12 épisodes qui seront publiés en France dans "Pistes Sauvages" (N°1 à 18). On retrouvera cette série plus tard dans "France Soir" ainsi que dans deux albums parus chez Hachette en 1975 ("Mon nom est Sunday" et "Les juges maudits"). Puis il retourne encore à la publicité, sans doute plus lucrative.

On le retrouve ensuite dans la revue espagnole "Trinca" avec "Haxtur" et "Mathaï-Dor" repris en albums chez Dargaud et Hachette puis pour quelques histoires dans "Creepy" et "Eerie" de Warren.

Sunday en album
Sunday en album

Dans le milieu des années 70, il dessine "Amargo", un autre western pour Hachette puis il illustre "L'histoire de France en bande dessinée" et "Découvrir la bible" chez Larousse. Une expérience rendue amère à cause de problèmes sur l'exploitation des droits. Dans le même registre, il dessinera une BD éducative sur la vie de Charles de Gaulle.

Il participe ensuite à la création de la revue "A suivre" avec sa série d'heroic-fantasy "Haggarth", toujours dans le noir et blanc qu'il affectionne. En 1980, il créé seul "Mortimer", un western érotique paru dans la revue éponyme chez Elvifrance. Un personnage repris en album, mais bizarrement expurgé de la partie érotique !!! Pour le même éditeur, il exécutera quelques histoires érotiques. Puis en 1979, avec Jean-Michel Charlier, il dessine "Les gringos" dans "Super As" (Fleurus). Un héros réactivé après le décès de son scénariste par Guy Vidal en 1990 pour deux albums.

En 1983, il retrouve son compère Victor Mora avec "Les anges d'acier" qui parait dans "Pilote" et "Charlie mensuel", puis "Coeur de fer" chez Bayard. Entre-temps, il a aussi imaginé "La sibérienne" chez Albin-Michel ainsi qu"une série de BD religieuse pour Bayard. En 1987, il signe "Francis Falko" avec François Corteggiani chez novédi, mais cette série ne connaitra qu'un album. Dans les années 90, on le voit aux côtés de Patrick Cothias "Josué de Nazareth" ou Jodorowsky "Dieux jaloux" ou "Aliot" qui sera l'objet d'un procès pour plagiat (pour le scénario).

De la Fuente travaillera aussi pour Bonelli et son personnage emblématique : Tex que l'on peut retrouver dans un album paru récemment ainsi que dans Rodéo chez Sémic.

Malgré l'immensité et la diversité de ces travaux, son travail n'est pas toujours apprécié à sa juste valeur alors que certains le considèrent comme le plus grand dessinateur espagnol de BD réalistes.

Les séries

Kirbi Flint et Big Joe Kirbi Flint (Sergio Tuis & Antonio Canale) N° 1 à 20.
Série italienne du même nom créée en 1971 pour l'éditeur Dardo dans sa revue "Collana Eldorado". Antonio Canale a dessiné les premiers épisodes, mais il a été rapidement remplacé.
Kirbi Flint a été élevé par Mamita, une indienne et il est devenu éclaireur pour le compte du sénateur Jonathan Spark. Chevauchant Eclair, son cheval tâcheté, il essaie de faire régler l'ordre entre indiens et blancs, ce qui ne s'avère pas toujours des plus faciles. Notamment quand Big Joe "Oliphant" son ennemi intime est de la partie. Big Joe est un trappeur barbu, rompu à toutes les magouilles et les larcins que l'on retrouve souvent sur le chemin de Kirbi sans que jamais celui-ci ne parvienne à l'arrêter. Il arrive même parfois que le bandit vienne en aide au justicier au nom d'un certain code de l'honneur. Une relation originale. L'autre héros récurrent est Snake, surnommé le Taciturne, un guide manchot qui vient fréquemment lui prêter main forte.
Une série assez classique.



A gauche, Kirbi Flint aux prises avec Big Joe Oliphant
Pampa N° 2 à 5. Semble être une création française. Ca se passe en 1875 dans la pampa argentine et Pampanito le héros s'engage par nécessité dans l'armée où la solde ne tombe pas toujours avec régularité. Il luttera notamment contre "Quatre-doigts", un escroc assez peu doué.
Une série oscillant entre sérieux et humour sans vraiment trouver une ligne conductrice.

Sunday (Victor Mora & Victor de la Fuente) N° 1 à 17. Série espagnole du même nom. Sunday est un colonel nordiste découvrant sa femme assassinée par une bande sudiste que dirige Quantrill alors que son fils a disparu. Sunday décide de les retrouver coûte que coûte. Il parcourt le far-west avec en tête, cette quête improbable.
Ce faisant, il y rencontre des tas de gens qu'il aide à résoudre leurs problèmes, que ce soit des révolutionnaires mexicains ou un jeune accusé à tort d'avoir tué une riche héritière. Les récits sont tous teintés d'amertume et le héros ne se glorifie jamais de ces exploits. Parfois, sa quête initiale a tendance à s'éloigner, mais les histoires sont toutes de grande qualité, sans manichéisme et qui plus est, dessiné avec talent par Victor de la Fuente.
Un grand classique à redécouvrir.

Jim Minimum (Jean Cézard) N° 9. Jim Minimum est un shériff redoutable, tireur d'élite et bagarreur d'exception qui ne souffre que d'un défaut : une taille ridiculement petite. De ce fait, il est la risée permanente de ses concitoyens, ce qui ne l'empêche pas de faire régner la loi.
Un western humoristique de Cézard, un auteur malheureusement trop rare.

La 1ère planche de Sunday

Une planche de Sunday

Les 7 Mercenaires et demi N° 13, 14. Obligé de fuir le village d'Onstuoboulo tyrannisé par Don Filiberto, l'indien Tico-Tico et Sam Iritt arrive à Bing-Bang City afin de recruter des mercenaires pour libérer les leurs. C'est ce qu'il feront et ils faillirent s'appeler les Huit Mercenaires, mais comme Tico-Tico était très petit, ils décidèrent de s'appeler les 7 Mercenaires et demi.
Une série western humoristique plutôt destiné à un jeune public.

Giddap Joe

Giddap Joe

GIDDAP JOE N° 21 à 48. Auteurs italiens ou espagnols anonymes dont Peone & Ivo Pavone et un certain Pires (ou Peres).
Joe Macrimmon, plus communément appelé Giddap Joe, est un Irlandais venu avec Bab son épouse aux Etats-Unis afin de fuir la misère de son pays natal. Il se liera d'amitié avec le jeune indien Wa-Wa, aussi vantard que maladroit et avec le vieux Simon Ogle, surnommé tout simplement Sim Gold, un ancien chercheur d'or repenti. Installé dans un ranch, il connaitra de nombreux ennuis avec les indiens qui iront même jusqu'à lui mettre le feu. Un incident qui le baptisera du nom de "Terre Brûlée". Au départ, Joe est maladroit avec une arme et peu doué dans son métier de fermier, ce qui est pour le moins original pour un héros du far-west. Sans le sou, il sera embauché par la Pony Express afin d'arrondir les fins de mois difficiles. Un métier qu'il délaissera plus tard. Sa maladresse initiale disparaitra assez vite, ce qui est dommage pour l'originalité de la série. Dans les derniers épisodes, il aura un fils, prénommé Gip.
Ce western classique été créé dans Pistes Sauvages N°21 et s'est poursuivi dans Mister No du N°1 au N°136 avec des épisodes inédits. Du N°137 au 144, ce furent des rééditions des premiers aventures parues dans la même revue. Dans "Spécial Mister No", dans "La Route de l'Ouest" et dans "Capt'ain Swing" 1ère série, ce sont aussi des rééditions de Mister No. Cette série est parue également brièvement dans "Totem" 2ème série en rééditant les premiers épisodes de "Pistes Sauvages". On retrouve Giddap Joe dans les pages de Capt'ain Swing (2ème série) avec une réédition intégrale.
Long Couteau de Scotland Yard (Patt Mills, John Wagner & Douglas Maxted) N° 33 à 48. Série anglaise appelée "Yellowknife of the Yard" parue dans Valiant sur 22 épisodes entre 1972 et 1974. Connue en France aussi sous le nom de "Long Couteau" ou "Yellowknife du Yard". Long Couteau (ou Yellowknife) est un étonnant indien travaillant pour Scotland Yard. Toujours accompagné du sergent Bumble, qui l'archétype du froussard intégral, il résoud les différentes enquêtes, non sans user des pouvoirs magiques indiens ou de ses talents de pisteurs.
Douglas Maxted a un graphisme qui n'est pas sans rappeler celui de Steve Ditko, mais les histoires sont plutôt dans la mouvance des aventures de Scoubidou (le dessin animé), mêlant le fantastique et l'horreur avec une bonne dose d'humour enfantin.

Yellowknifen of the Yard
Yellowknife of the Yard
Les autres séries : Archibald (Guy Lehideux) N° 13, Jackaroe (Robin Wood & Juan Dalfiume) N° 15 à 32, Killroy (Carlos Albiac & Carlos Casalla) N° 21 à 38, La bande à Zozo (Leo Baxendale) N° 37, Black Jack (Antonio Mancuso & Franco Devescovi) N° 39 à 48.

Insolite :

Dans Giddap Joe, le jeune indien Wa-Wa est d'abord Apache, puis il devient "mystérieusement" Navajo...

On retrouve "Long Couteau de Scotland Yard" dans Tipi, Carabina Slim ou Janus Stark Spécial, mais à chaque fois avec un nom différent : "Long Couteau" et "Yellowknife du Yard" étant les autres identités du personnage. A noter que traduire "Yellowknife" (Couteau Jaune) par "Long Couteau" est assez original !

Giddap Joe a été publié au Brésil sous ce nom et en Italie sous le nom de "Rocky Joe" en complément des aventures du "Commandante Mark" (alias Capt'ain Swing) du N°109 au N°196, malheureusement sans le crédit des auteurs, contrairement à la tradition transalpine.
Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/pistes/index.htm

Un site présentant une biographie de Victor de la Fuente : http://theloma.free.fr/fuente/fuente11.htm

Encore un grand merci à Fabrice Castanet pour toutes les infos concernant les séries de cette revue.

Dominik Vallet


© Pimpf? le 13/12/2003. Proposer un site