Pimpf

Message

Mon Journal : Kris le shérif : La bonne étoile

N°1 de la revue

Ce mois-ci, je vais parler de Kris le Shérif, une revue purement western qui fut remplacée par Carabina Slim.

La revue
88 numéros de juin 1960 à septembre 1967. Le héros éponyme n'étant autre que le "Petit Shériff" qu'on a pu lire à la SAGE ou chez d'autres éditeurs. Contient essentiellement du western. Cette revue a pris la suite de TOTEM 1ère série et sera remplacée par CARABINA SLIM.
Il y eut 22 recueils de 4 numéros jusqu'au N°20, puis de 3 numéros ensuite.

Pour les couvertures, on retrouve essentiellement : Enzo Chiomenti et Augusto Pedrazza et quelques couvertures peintes aux alentours du N°60.

Le N°1 de la revue

Un Auteur : Michel Paul Giroud

Michel Paul Giroud scénariste et dessinateur français. Né le 4 mai 1933 à Montmartre, il est le fils de Eugène Giroud, lui aussi dessinateur et scénariste de BD. Après des études cahotiques, il passe le brevet et rentre à "La Grande Chaumière", un atelier de dessin, puis aux Arts Décoratifs en 1953. C'est en 1957 qu'il débute sa carrière de dessinateur à la SEG (Société d'Editions Générales) grâce à son père qui y travaille déjà. Il y dessinera sa premère série "Tinnabule et les Yaya" pendant 23 épisodes dans les revues "A Travers le Monde" puis "Trident". Il enchaine en 1959 chez le même éditeur avec "Tonton Bola" dans O'kay sur 71 épisodes. La même année, il entre chez Vaillant en dessinant "Les jeux de Riquiqui et Roudoudou". En 1960, Cézard qui est débordé, lui demande de reprendre son personnage Kiwi pour Lug. Il en réalisera une quinzaine sans jamais aller à Lyon. L'année suivante, il entre chez "Aventures & Voyages" grâce à Jean Ollivier qui y officie déjà. Il débutera par "Rook & Rool" dans KRIS LE SHERIFF puis dans LANCELOT. En 1962, il reprend "Capt'ain Vir-de-Bor" dessiné par son père. Il le dessinera jusqu'en 1985. En 1964, Cézard fait encore appel à lui pour dessiner Arthur le Fantôme dans le magazine de poche qui lui est dévolu (N°4 au N°54). Dans Trident, il créera aussi "Les Loups" en 1966 une série de 18 épisodes qui sera rééditée dans un magazine à son nom. Deux ans plus tard, il reprend brièvement "La pension Radicelle" de son père qui est tombé malade, mais il préfère l'arrêter car il y a trop de personnages. Il ne conserve que Saturnin pour lui faire vivre des aventures en solo dans "Les découvertes de Saturnin" qui ne durera guère.

Michel-Paul Giroud
(photo Jean-Yves Guerre)

En 1973, il imagine "Yankee", un western dont il exécutera 38 épisodes. En 1977, il est licencié de Vaillant pour un motif futile, il ne travaille plus alors que pour Mon Journal. En 1983, il crée Toÿ, une histoire moyen-âgeuse qui ne durera que le temps de 6 épisodes car l'éditeur a changé de main et l'époque n'est plus à la création. Dès lors, il abandonne la bande dessinée et continue à vivre de son art en dessinant pour la presse ou pour divers travaux d'illustrations.
Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur cet auteur, un dossier très complet (signé Jean-Yves Guerre) est paru dans la revue PIMPF MAG N°10.

Les séries

KRIS LE SHÉRIFF (Giana Anguissola & Lino Zuffi) N° 1 à 78. Série italienne crée en 1948 par Tristano Torelli & Giana Anguissola. Lino (Camillo) Zuffi a dessiné la majorité des 460 épisodes parus en Italie sous le nom de "Il Piccolo Sceriffo". Kris Hodgkins est le shériff de Prairie Town. Il vit chez Lizzie, sa soeur tandis que Piggie, son gros ami agent fédéral lui rend souvent visite. Kris, bien que shériff d'une bourgade, se retrouve souvent avec Piggie par monts et par vaux afin de sauver la veuve et l'orphelin. Il est l'archétype du "Chevalier Blanc" volant aux secours des démunis. Piggie est plus original avec son look de trappeur bien nourri, on pourrait le croire dévolu au rôle de sous-fifre humoristique (un peu trop) porté sur la nourriture alors qu'il se révèle être un agent redoutablement efficace, même s'il ne dédaigne pas manger un bon plat (ou deux).
Kris le Shérif est un des grands classiques du western Mon Journal. En dehors de sa propre revue, on a pu également le lire dans les pages de ROUTE DE L'OUEST N° 143, TIPI N° 43 à 78 et APACHES N° 20 à 25.

Pierino en version Hollandaise

Pierino en version hollandaise

PIERINO (Augusto Pedrazza) N° 17 à 28. Série italienne appelée "Pierino Atom" créée en 1948 pour l'éditeur Tomasina et qui dura le temps de 69 "strisce". Pierino est un jeune homme fortuné avide d'aventures et prompt à partir pour sauver la veuve et l'orphelin. Il est toujours accompagné de ses deux meilleurs amis Brin d'Osier et Bomba. Brin d'Osier est mince, doté d'une coupe de cheveux en "banane" de couleur tandis que Bomba est au contraire rondelet etles cheveux frisés blonds comme les blés. Par contre, ils partagent tous les deux une même maladresse et un courage plutôt défaillant. Pierino, quant à lui, arbore une coupe de cheveux ramenant une mèche sur son front comme s'il voulait masquer une calvitie naissante !
Série d'aventures très classique avec un Pedrazza débutant aux pinceaux pour des aventures échevelées.

FLÈCHE D'ARGENT (Benedetto Resio) N° 29 à 37. Série italienne appelée "Aquila Rossa" parue en 51 strisce chez Tomasina en 1951-52. Cette série a été reprise par l'éditeur allemand Lehning et continué par Walter Kellermann sous le titre "Silberpfeil" puis réédité par Bastei. Flèche d'Argent est un jeune indien Aurikan, fils de Plume Bleue, le chef de la tribu et d'Anna Karter, une blanche appelée aussi Fleur Blanche. Alors qu'il est encore un enfant, il sauve Bill Gordon d'un grizzli, mais n'obtient de ses compagnons blancs de la méfiance, voire de la haine. Peu de temps après, sa mère meurt, mais fait promettre à son mari que Flèche d'Argent aille étudier dans une vraie école. C'est ce qu'il fait à Topeka pendant huit ans. Alors qu'il en a terminé, il rencontre Bill Gordon, fraichement promu capitaine de la garnison locale. Ils renouvèlent leur serment d'amitié, mais celui-ci sera mis en péril quand on découvrira le chapeau de Bill près du cadavre de Plume Bleue. Les Aurikans, mené par Corbeau Noir le sorcier, veulent déterrer la hache de guerre pour venger leur chef, mais Flèche d'Argent demande à régler ça à sa manière pour éviter le conflit. Devenu chef des Aurikans, sa renommée dépasse largement le monde de sa tribu et il est respecté même chez les blancs de par ses actions pour la justice. Bien qu'étant un héros solitaire, Douce-Fleur est son éternelle fiancée et il brave aussi tous les dangers pour aller la secourir.
Une série très classique qui a bien mal vieillie avec un dessin à l'avenant qu'on retrouve aussi dans APACHES N° 18 à 20, 22 à 26.

ROOK & ROOL (Michel Paul Giroud) N° 17 à 51. Rook est un jeune indien malin chevauchant Rool son mustang fougueux. Toujours accompagné de son castor Tcha-Chacha, il essaie de rendre la vie paisible entre sa tribu et les blancs des environs tandis que Man-Itou le sorcier maléfique tente de détruire cette fragile harmonie. Bien que d'un humour enfantin un peu répétitif, cette série regorge de personnages secondaires d'Oeil de Biche à P. Pitt en passant par Navy Bikett qui en rendent la lecture agréable. Chaque épisode fait 10 pages et on a pû lire les aventures de Rook & Rool dans KRIS LE SHERIF puis dans LANCELOT (N° 36 à 51).

SIGFRID N° 1 à 11. Semble être une série allemande. Sigfrid est le seigneur du château de Dusembach au coeur de la Forêt Noire, pourtant il n'y retourne qu'en hiver rejoindre Magda sa gouvernante. Le reste de l'année, il parcourt le pays pour défendre les opprimés pour respecter une promesse faite par son père à Jehan le pélerin pour racheter une faute passée. Après de nombreuses années d'errance, Jehan viendra délivrer Sigfrid de son serment et il pourra enfin rejoindre Elaine sa bien-aimée.
Une série classique qui a le mérite de connaître une vraie conclusion.

CAPITAINE NICK N° 12 à 16. Semble être une série américaine. Le capitaine Nick est aux commandes du "Lark", un petit bateau qui l'emmène d'aventures en aventures. La première d'entre elles se déroulent dans le bayou de Floride et il y fait la connaissance de Moby surnommé "Grand Flandrin", une sorte de vagabond qui l'a tiré d'affaire lors de leur recontre. Ensemble, ils vont voguer à travers les USA pour déjouer les entourloupes qui ne manquent pas de se mettre en travers de leurs pas.
Une série classique fort bien dessinée dans un style proche de celui de Milton Caniff.

Une planche de la série

Capitaine Nick

PIP ET JOC (Eme) N° 12 à 17. Série française. Pip et Joc sont deux amis accompagnés de Babette leur chienne toute noire. Pip est grand, blond et assez fin tandis que Joc est brun, les cheveux courts et l'estomac proéminent. Bien que doté d'une intelligence tout à fait normale, il est tès maladroit et gaffeur en diable. Ensemble, ils sont entrainés dans une aventure les emmenant en Egypte sur les traces d'une civilisation perdue.
Dans le style "ligne claire", une aventure classique et bon enfant louchant quelque peu sur le grand modèle : Tintin...

Calamity Jane par Enzo Chiomenti

TONY BOLIDE (George Forrest & Bert Vandeput) N° 12 à 16. Série anglaise appelée "The toughest road race in the world" parue dans la revue TIGER du 22/11/1958 au 02/01/1960. Le jeune pilote Tony Bolide participe à la Grande Course autour du Monde en compagnie de Phil son mécano à bord de sa voiture baptisée "Starfire". La course ne se déroule pas toujours de façon régulière à cause du mystérieux Mr X qui semble vouloir leur perte par l'entremise de Maldom son pilote. On suit donc leur périple autour du monde ainsi que toutes les em^ches qui parsèment leur parcours.
Une série assez classique, mais bien menée. A noter que Bert Vandeput n'a dessiné que la première moitié des épisodes, les autres restant anonymes.

NB : En V.O. Tony Bolide s'appelle Red Rawley et la "Starfire" devient "The Meteor".

CANADA JEAN (Ivo Pavone) N° 52 à 78. Série italienne du même nom crée par Ivo Pavone au dessin. Canada Jean vit au ... Canada avec son ami Jimmy Melon (qui doit son surnom à son couvre-chef, un chapeau melon) et son jeune cousin Pierre dont il a la garde. C'est d'ailleurs à Melon qu'incombe la charge d'éduquer Pierre qui ne pense qu'à vivre les mêmes aventures que ses aînés. Jean, quant à lui, essaie constamment d'aider son prochain et ce faisant, il se retrouve souvent face à Castor, un trappeur vivant de rapines et diverses malversations, toujours accompagnés de son âme damnée : Tabor. Une petite curiosité : Jean arbore presque toujours un chapeau, mais il le laisse constamment derrière sa tête sans jamais le poser dessus !!!
Une série classique, mais pas désagréable que l'on retrouve aussi dans WHIPII! N° 32 à 47, 41, 33 et APACHES N° 77 à 104.

Calamity Jane par Enzo Chiomenti en couverture du dernier numéro de la revue.

CALAMITY JANE (Lina Buffolente) N° 79 à 88. Série italienne du même nom. Calamity Jane est un personnage qui a réellement existé et un des rares qui soit du sexe féminin. On la retrouve donc, dépouillée de son côté gangster pour ne retenir que l'aventurière un brin sexy. Parcourant seule l'Ouest américain, elle vole aux secours des faibles en usant de sa gachette ultra-rapide. Parfois, elle trouve sur son chemin quelques jolis garçons comme Jack Dalton, mais les relations restent plus conflictuelles qu'amoureuses. En dehors de la revue KRIS LE SHERIF, on peut lire un épisode dans SPECIAL SHIRLEY N°17.
Série très classique dont la seule originalité réside dans la féminité du héros. Le style de Lina Buffolente n'est pas encore très affirmé et le dessin est parfois maladroit.

DICK TURPIN (Leonard Matthews & Derek Eyles, H.M. Brock, Jesus Blasco) N° 38 à 51. Série Anglaise du même nom parue dans les revues SUN, THRILLER PICTURES LIBRARY et KNOCK OUT. Dick Turpin est un personnage ayant réellement existé en Angleterre au 18ème siècle et qui a fini par devenir une véritable légende (sans doute un brin enjolivée). Dans la bande dessinée, on le retrouve comme justicier menant une bande de "gais compagnons" tandis que les sergents de la police le considèrent comme un brigand. Tom King est le bras droit de Dick ; Pat O'Flynn est un géant Irlandais ; Coal Ashow le Noir surnommé "Mousse" et Peters le rouquin passent leur temps à se chamailler et Flick est un jeune premier. Ensemble, ils forment les "gais compagnons" de Dick Turpin qui l'épaulent dans tous ses interventions pour faire triompher la justice et le droit. Série très classique, mais bien menée avec de multiples dessinateurs aux pinceaux.
Parution : ATOLL N° 93, 94, 101, 102, 89, 90, 98, 103, 99

<I>Le N&deg;1 de la 2&egrave;me &eacute;dition italienne</I>

Autres séries : JOSH BALART N° 79, PASTILLE (Nicola Del Principe) N°82.

Insolite :

La revue s'appelait KRIS LE SHERIFF" jusqu'au N°78. Elle devint KRISS LE SHERIF au N°79 (tandis que le personnage éponyme disparaissait du sommaire) pour finir par s'appeler KRISS au N°83.

Il y eut pas moins de deux séries Dick Turpin en Espagne dont une signée Victor Mora, mais elles n'ont rien à voir avec celle parue dans KRIS LE SHERIF.

Le dernier numéro se termine par 7 pages de publicité pour CARABINA SLIM qui prit la succession de KRISS.

Eme, l'auteur de "Pip et Joc" n'est autre que Christian Godard plus connu pour "La Jungle en folie" ou "Martin Milan". Eme est la prononciation de la 13ème lettre de l'alphabet et l'auteur entretient une relation particulière avec le chiffre 13 !

Dick Turpin en VO

Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/kris/index.htm

La base de données de "Dans la Gueule du Loup" à l'adresse : http://www.danslagueuleduloup.com/GENPAGES/DSE_CKSH.HTM

Le mois prochain, je parlerais de la revue DAKOTA.

Dominik Vallet

Flèche d'Argent en version Allemande