Pimpf

Message

Mon Journal : Brik, le corsaire qui valait un million !

N°1 de la revue

Brik : Le corsaire qui valait un million !

Ce mois-ci, je vais parler de Brik, une revue reprenant les aventures du corsaire précédemment parues en récits complets.

La revue
217 numéros d'avril 1958 à avril 1987. BD d'aventures avec des histoires de corsaires. Avant d'être un PF, Brik fut un récit complet mensuel créé en octobre 1948 (format 24x36). Il fusionne avec Yak en avril 1950 et devient Brik-Yak. En avril 1958, il redevient Brik et passe au format de poche en redémarrant au N°1. Au N°152, il devient trimestriel (couvertures de Victor Peon). 196 pages jusqu'au N°53, puis 164 jusqu'au N°105 et 132 pages du 106 au 150. Devenu trimestriel, il remonte à 164 pages du 151 au 176 pour redescendre à 132 ensuite et jusqu'à la fin.

Pour les couvertures, on retrouve les habituels artistes maisons : Victor Peon, Enzo Chiomenti, Augusto Pedrazza, Guido Zamperoni, miro et quelques autres.

Le N°1 de la revue

Un Auteur : Victor Mora

Victor Mora est né le 6 juin 1931 à Barcelone. Il a commencé sa carrière en faisant des traductions pour un éditeur barcelonais. Sa première oeuvre en BD fut sans doute "Capitan Kerr" en 1950. Après cela, il devient journaliste et écrit des romans. En 1956, il revient à la BD en créant "El Capitan Trueno" (Yann Cyclone en France dans IVANHOE) pour le dessinateur Ambros (sous le pseudonyme de Victor Alcazar). Cette série devient un des plus grands classiques de la BD ibérique. Très rapidement, il multiplie le nombre de ses publications avec les artistes espagnols les plus importants du moment comme Francisco Hidalgo ("Doctor Niebla"), en 1958, Francisco Darnis ("El Jabato" alias Taroïo dans AKIM et EN GARDE, mais également AJAX dans la revue éponyme), Carlos Gimenez ("Delta 99" dans VICK et SAFARI) ou Victor de la Fuente ("Sunday" paru dans PISTES SAUVAGES). Toujours avec Gimenez, il écrira "Dani Futuro" en 1969 publié en Espagne dans "Gaceta Junior" et en France dans Tintin. Il imagine ensuite "Supernova" pour Edmond Ripoll et José Bielsa ("Samantha" dans SHIRLEY et SPECIAL SHIRLEY), "Adam & Evans" pour José Gual (parution française dans MARCO POLO, SHIRLEY et SPECIAL SHIRLEY) et "El Corsario de Hierro" (Le Corsaire de Fer dans BRIK) pour Ambros ou Fernando Costa (1960). Sans oublier "Astroman" (dans VICK) pour Cuyas, "Victor hero del espacio" (Vick dans la revue éponyme) avec Juan Martin Osete ou "Cosaco Verde" (Tiarko dans MARCO POLO) avec Fernando Costa.

Couverture de Valiant par Campion

Victor Mora

A partir de1973, il travaille pour le marché français. Pour PILOTE, il fera "Arcane" avec Brocal Remohi, "Les Chroniques de l'Innommé" avec Luis Garcia et d'autres récits avec Aldoma Puig et Longaron.
Il travaillera également pour Pif Gadget avec "Amicalement Votre", adaptée de la série télé du même nom et illustré par Marcello. En 1979, il écrit "Félina" pour Annie Goetzinger qui paraîtra dans CIRCUS, PILOTE et CHARLIE MENSUEL. La même année, il imaginera "Gigantik" (première mouture) pour José Maria Cardona.
Dans les années 80, Mora continuera sa carrière prolifique avec Alfonso Font ("Sylvestre", "Tequila Bang"), Antonio Parras ("Inoxydables") et Victor de la Fuente ("Les Anges d'acier"en 1984). Depuis 1986, il est retourné sur "El Capitan Trueno" dessiné par Jesus Blasco, Luis Bermejo, J. Redondo ou JM Burns.
Assurément, Victor Mora est l'un des plus grands (sinon le plus grand) scénariste espagnol de bande dessinées.

Les séries

BRIK (Jean Ollivier, Maurice Limat... & Jean Cézard, Jacques Arbeau puis Pedro Alferez, Enzo Chiomenti... ) N° 1 à 154. Créé en 1948 par Jean Cézard pour le récit complet éponyme, le personnage a été repris en 1952 par Jacques Arbeau puis par le dessinateur espagnol Pedro Alferez et Enzo Chiomenti. Brik est le capitaine de la "Liberté". Brik et ses compagnons, anciens galériens injustement condamnés sous Louis XIII, sont devenus corsaires des Frères de la Côte. A bord de la frégate "Liberté", ils écument les mers du globe et mènent la vie dure aux autorités qui abusent de leurs pouvoirs ou aux pirates ennemis. Parmi ses plus fidèles compagnons, il y a "Do" son second courageux et d'un sérieux indéfectible, Ripaille le quartier-maître rondouillard qui aime festoyer, Kobé le perroquet aussi bavard que fier, Dino et Mambo, deux enfants espiègles et débrouillards.
La série est classique, mais c'est un modèle d'aventures maritimes avec une dose d'humour, de courage et d'évasion sur un fond parfaitement documenté.
Parution : CAPT'AIN SWING N° 263 à 287, PIRATES N° 18, 32, 38


Fishboy en couverture

BIORN LE VIKING (Jean Ollivier & Eduardo Coehlo) N° 56 à 72. A l'heure d'élire le nouveau chef de la flotte Viking, il n'y a guère qu'un candidat : Eyulf, mais certains considèrent que ce n'est qu'une brute sauvage et Niord pousse son ami Biorn à lui contester la place. Ce qu'il fait et avec réussite malgré les fourberies de son adversaire. Devenu le nouveau leader, on le suit au sein de ses aventures nordiques, toujours secondé par Niord. Si le héros est un peu lisse, les histoires sont magnifiquement dessinées par Coehlo et les scénarios de Jean Ollivier nous plonge dans ce passé sauvage avec délectation. Dela BD d'aventure avec un grand A incontestablement.

CALICO JACK (Carlos Albiac & Angel Alberto Fernandez) N°197 à 216. Série argentine créée en 1979. Giancarlo Alessandrini a aussi dessiné quelques épisodes. "L'Hercules" emmène en Australie des déportés, mais l'un d'entre eux, Calico Jack, organise la révolte aidé par Pick, un jeune passager clandestin. Cependant, le chemin de la liberté est parsemé d'embûches et les compagnons de ces deux-là tombent comme des mouches dans leurs aventures.
Une série fort bien dessinée appuyée par un scénario séduisant. A découvrir.

FISHBOY (Scott Goodall & John Stokes) N°151 à 185. Série anglaise s'appelant "Fishboy, denizen of the deep" parue à l'origine dans la revue "BUSTER" du 20/01/1968 au 06/12/1975. Abandonné sur une île déserte dès son plus jeune âge, Fishboy s'est tellement habitué à vivre sous l'eau que son organisme s'est transformé. A tel point qu'il s'habille d'algues, peut évoluer dans l'eau comme un poisson et qu'il parle le langage des créatures marines. Cependant un jour, il découvre que ses parents sont encore en vie et il décide d'aller les trouver. D'abord en Angleterre, puis au Canada, en Australie, en Inde etc. A chaque fois, ses parents semble avoir soudainement décidé de partir au moment où il arrivait.
Une série intéressante malgré quelques invraisemblances. A l'époque de sa parution, la revue BRIK est même sous-titrée "présente FISHBOY" tandis que la majorité des couvertures sont dédiées à ce personnage. Devant un tel succès, l'éditeur lancera même un clone sous le nom d'Antarès.

CISCO LE VENGEUR (J. B. Artés & Juan Rafart) N° 8 à 22, 29 à 32, 37. Série espagnole appelée 'El Zorro" paru chez l'éditeur Ferma durant 26 numéros (format 24x17 cm) à partir de 1956. Don José est le fils du noble Don César, mais contrairement à lui, il préfère la vie facile des riches désoeuvrés à la lutte contre l'occupant espagnol du Mexique. Pire encore, il ne pense qu'à s'amuser ou à boire, même quand son père est en danger, s'attirant ainsi tous les reproches de son entourage. Pourtant, tout ceci n'est qu'une habile couverture car Don José est également Cisco le vengeur, héros masqué qui passe son temps à combattre l'occupant...
Même s'il n'y a pas le sourd Bernardo ou le sergent Garcia, cette série est très inspirée de Zorro; A tel point que c'est même son nom en version originale. Alors pourquoi lui avoir changé ? Sans doute un problème de droits avec Disney...

JEAN LE TAMBOUR (Pierre Castex & Eugène Gire) N° 25 à 39. En 1794, un jeune garçon et sa soeur s'engagent dans l'armée républicaine qui combat les "ennemis de la France". Jean deviendra le tambour du régiment tandis qu'Aglaé occupera le rôle de cantinière. Bien que ne prenant jamais directement part aux combats, Jean traversera cette période troublée de l'Histoire de France en y jouant un grand rôle. Une série historique très réussie d'Eugène Gire dans la plus grande tradition feuilletonesque à la française.

RACA (Enzo Chiomenti) N° 3 à 6. Série allemande appelée "Raka" parue chez Lehning en "strisce" (format à l'italienne) appelée là-bas "piccolo" puis réédité dans les années 90 au format classique en 5 volumes. Dans un futur situé en l'an 2000, Raca est journaliste au "Globe" avec son ami Terno, mais il passe le plus clair de son temps à vivre des aventures avec son collègue, mais aussi avec la jolie Flora et l'amiral Aster.
Une série futuriste aux relents rétros et aux scénarios débridés.

LE ROI DE L'ÎLE KEG (Tom Kerr) N°176. Série anglaise appelée "The King of Keg Island" parue dans la revue "Lion" du 14/11/1970 au 13/03/1971 et réédité dans "Lion Annual" de 1979. Dans un orphelinat britannique tenu par l'ignoble Lashey, Peter Cable et quelques camarades projettent de s'enfuir. Mr Carstairs vient lui apprendre qu'il n'héritera pas car c'est justement le jeune Cable qui est le dernier héritier légal. Lashey prétend qu'il n'y a aucun Peter Cable dans son orphelinat et Carstairs s'en va, mais les jeunes garçons se sont dissimulés sur le siège arrière de sa voiture. Il se met alors en devoir de lui expliquer qu'il vient d'hériter... d'une île : l'île Keg avec une masure en ruine. Les enfants décident de l'investir immédiatement bien que Carstairs, puis la police et Lashey tentent de l'en empêcher. Rien n'empêchera Peter Cable de devenir le roi de l'île Keg...
Une série typiquement anglaise assez sympathique.

Spellbinder
Raka N°5 en réédition allemande

LE CORSAIRE DE FER (Victor Mora & Kurt Caesar) N°155 à 213. Série espagnole. En 1660, un galion français est arraisoné par le pirate Main Bleue qui livre aux requins tous les survivants, mais l'un d'eux survivra. Il s'agit du jeune Gaël de Kergolarc'h qui a perdu son père à cette occasion et qui jure de se venger. Plusieurs années plus tard, on le revoit sévir sous le surnom du "Corsaire de Fer" et il s'attaque à tous les bateaux de Lord Benburry qui n'est autre que "Main Bleue". Mais le Corsaire de Fer fera une erreur et il se retrouve prisonnier de son ennemi. On le conduit même à l'échafaud en compagnie de Merlino Merlini le magicien maladroit et Mac Meck le robuste écossais. Profitant d'un incendie providentiel et de l'aide de Lady Roxana, la propre nièce de Benburry, ils s'échappent et forment une fine équipe qui va jurer la perte de leur ennemi. On le retrouve ensuite d'aventures en aventures, mais Lord Benburry, parfois accompagné de la corsaire femme surnommée "La Guêpe" ou du pirate-sorcier Kadabra ben Kadabra.
Une série d'aventures classiques où les rebondissements ne manquent pas.

Les Petits Hommes de l'Espace

LE FANTÔME DE MASTHEAD MANOR (Francisco Solano Lopez) N°183 à 190. Série anglaise. Jim Frobisher vit chez son oncle Alfred Hudson depuis que son père a disparu en mer. Mas Hudson est particulièrement odieux avec Jim à tel point que ce dernier décide de fuguer pour aller au Masthead Manor, le manoir de ses ancêtres. Accompagné de Wolf, un chien errant qu'il a pris en amitié, ils arrivent dans cette bâtisse en forme de bâteau à voiles. Mais un fantôme les y attend et tente de les effrayer. Il s'agit de Boute-Feu, un des ancêtres de la famille. Une foi que Jim lui a appris leur lien de parenté, leur altercation prend fin et le vieux revenant décide de lui venir en aide. Malheureusement, il le fait parfois maladroitement et l'oncle Hudson, quant à lui, est bien décidé à reprendre son neveu sous sa coupe.
Une série fort sympathique avec ce brin de fantastique mâtiné d'humour qui la rend originale.

ROK L'INVISIBLE (S. Angiolini puis Guido Zamperoni) N°54 à 114 puis 126 à 157. Créé par Angiolini sous le titre "Rok, l'homme invisible", cette série revient après une interruption de 12 numéros sous la plume de Guido Zamperoni et avec son titre abrégé en "Rok l'invisible". Rok Pascal est un scientifique qui a hérité du laboratoire de son grand-père. Il y découvre le secret de l'invisibilité sous forme de pilules négatives ou positives qui peuvent le rendre visible ou non. Rapidement, il met ce pouvoir au service du bien, mai sil souhaite conserver le secret sur cette capacité. Rapidement, il met son assistante Brigitte Dubois dans la confidence alors même que l'inspecteur Commun, avec qui il travaille souvent, ne l'est pas. On le voit dans un premier temps lutter de façon récurrente contre le "Chef", un mystérieux gangster dont le visage est dissimulé sous des bandelettes. Puis, ses ennemis se diversifient et Rok lui-même change d'acolyte en la personne de Plito, un jeune garçon qui manie fort bien l'insolence. Sur le thème de l'homme invisible, une série d'aventures assez classique.

Une des couvertures de Brik avec le Fantôme de Masthead Manor

LE MESSAGER DU ROY HENRI (Eugène Gire) N° 40 à 54, 74 à 81. Série française qui est à l'origine une adaptation d'un roman d'Yves Dermèze paru sous le même titre dans la revue "COQ HARDI" 2ème série (N°30 à 64) qui fut illustré à l'époque par Dut. Le chevalier d'Antagnac et son valet Clodomir vivent des aventures au service du roi Henri IV dans le plus pur style de D'Artagnan dont on peut imaginer que le héros s'inspire largement. Eugène Giroud (dit Gire) nous propose une aventure dans uns style semi-réaliste où l'humour est largement présent. A noter qu'il s'agit d'une réédition partielle des aventures parues dans Brik.

ROL PAM (Onofrio Bramante) N° 115 à125. Le jeune Hollandais Rol Pam s'est embarqué à bord du "West Voorn" commandé par le capitaine van Helm quand l'équipage se mutine. Le jeune homme est abandonné en mer et il échoue sur les côtes américaines. Là, il se lie d'amitié avec le duo pittoresque : Rapette le rondouillard et Mac Osborn l'écossais myope et un tantinet retors. Il fait ensuite connaissance de Tabu et de sa soeur Miskodeed de la tribu indienne des Penobscot et de Casse-Noix, un sympathique vieux trappeur français. Entourés de tous ses amis, il va vivre des aventures où il rencontera également Castor, un mystérieux héros masqué luttant contre les Anglais pour l'indépendance de l'Amérique.
Une série semi-réaliste assez classique.

MISSION IMPOSSIBLE N° 204 à 206. Série anglaise appelée "Robo Hunter". En l'an 3017, le dépanneur de robots Sam Slade et son pilote, le commodore Kidd, qui a rajeuni d'une bonne soixantaine d'années en franchissant le "mur du temps" se retrouvent sur la planète Verdu. Les milliers de robots qui la peuplent se sont révoltés contre leurs maîtres. Bien qu'il soient censés obéir aux humains, ils trouvent trop imparfaits et considèrent que ce ne sont que de vulgaires simulateurs car leurs maîtres ne pourraient pas être aussi "minables".
Une série de SF très bien faite qu'on a pû lire en albums cartonnés.

<I>Le N&deg;1 de la 2&egrave;me &eacute;dition italienne</I>
Le N°5 de l'édition allemande

Autres séries : ARCHIBALD (Guy Lehideux) N°160, BANG BANG SAM (Vicar) N°170, CALLIGAN N°16 à 19, CAPITAINE TEMPÊTE N°197, 198, CAPT'AIN VIR-DE-BOR (Eugène Gire puis Michel Paul Giroud) N° 5, 28, 46, 50, 51, 52, 55, 56, 89, 91, 108, 110, 111, 114, 127, 131, 132, 133, 142, 145, 150, 160, 173, 178, 179, 196, CARABINE JONES N°1, 2, DANNY HALE (Norman Marsh) N°44 à 47, DIAVOLO CORSAIRE DE LA REINE (Mario Sbaletta) N° 188 à 190, ERIC TÊTE-FOLLE (Max Lenvers) N°214 à 217, FANTOMOUSE N°208, FILS DES BOIS N° 199 à 203, FLASH SPÉCIAL (Antonio Mancuso & Loredano Ugolini) N° 216, JEZAB (Enzo Chiomenti) N°7 à 11, JIM WEST N°16 à 23, L'ARCHER FANTÔME N° 24 à 28, L'HIRONDELLE DES MERS (Jesus Blasco) N° 180 à 182, L'ÉMERAUDE SACRÉE N° 164, LE CHEIK BLANC N° 48 à 53, LE SERPENT ET LE LION N° 171, 172, LES MONSTRES DU TACHIMBO N° 207 à 209, LES QUATRE MAGNIFIQUES (Franco Frescura & Floriano Bozzi) N° 82 à 95, LES TROIS DE L'ÉTOILE POLAIRE N° 20 à 24, LIEUTENANT BARAKA (A. Captier) N° 216, LORD SHERWOOD (B. Lacey) N° 8, MAX DES ÎLES (Silverio Pisu & Castiglioni) N° 210 à 217, MONTANA JOE N°106, PAT KENNEDY N° 39, PETITE PLUME N° 180, PROFESSEUR CUMULUS N° 174, 175, RICHARD LE DIABLE DES MERS N° 29 à 32, SANDOKAN (Daniele Fagarazzi & Maurizio Santoro) N°191 à 196, SIMBA (L. D'Este & Stelio Fenzo) N° 216, TOM PATAPOM (Leone Cimpellin) N°158 à 161, TONY MASCOTTE N° 40 à 43, TOŸ (Michel Paul Giroud) N° 205, ZÉPHYR (Enwer) N° 5.

Insolite :

Maurice Limat, romancier pilier de la collection Anticipation de Fleuve Noir, a écrit plusieurs scénarios de la série Brik.

Juan Rafart, le dessinateur de Cisco le Vengeur est plus connu pour ses bandes humoristiques. En fait, Cisco sera sa première et dernière tentative dans la BD réaliste.

Le scénariste de Brik dans le N°47 "Le cavalier sans visage" a commis une erreur grossière en mettant des indiens d'Amérique du Nord en Amazonie ! On peut penser que ce ne devait pas être Jean Ollivier qui est toujours très pointilleux sur l'exactitude de ses scénarii.

Sandokan a été adapté en série télévisée dans les années 70 et il y eut même un 45T avec le générique commercialisé en France.

Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/brik/index.htm

La base de données de "Dans la Gueule du Loup" à l'adresse : http://www.danslagueuleduloup.com/GENPAGES/DSE_CBRK.HTM

Sans oublier le remarquable site hollandais Lambiek : http://www.lambiek.net/mora-victor.htm

Le mois prochain, je parlerais de la revue PIRATES.

Dominik Vallet

Un Brik Portugais

Brik Portugais


© Pimpf? le 10/10/2004. Proposer un site