Pimpf

Message

Mon Journal : Totem, la tribu PF

N°1 de la revue

Apaches : Suivez les flèches !

Ce mois-ci, je vais parler d'Apaches, un trimestriel dédié au western qui eut une durée de vie plus qu'appréciable.

La revue
108 numéros de mai (ou décembre) 1957 à janvier 1987. Trimestriel de Western qui commença comme "Totem spécial hors-série" avant de devenir "Kris spécial hors série" avec une parution trois fois par an pour les vacances scolaires (Pâques, été et Noël) puis de prendre son nom définitif. 196 pages du N°1 au 25, 164 pages du 26 au 68 puis 132 pages jusqu'à la fin.
Malgré l'absence de série phare, ce titre dura tout de même plus de 30 ans !

Les séries principales furent "Flèche Rouge", "Madok", "Canada Jean" "Les Durs de Durs" et "Arok", mais on y trouve aussi quelques brèves séries britanniques, espagnoles ou italiennes.

On retrouve Enzo Chiomenti comme à l'accoutumée pour la plupart des couvertures, mais aussi Tomas Porto, et Miro (sur la fin) et quelques autres.

Le N°1 de la revue

Un Auteur : Renato Polese

Renato Polese est né le 27 avril 1924 à Rome. Il entame sa carrière à la fin de la seconde guerre mondiale pour les magazines "Il Vittorioso" et "Giramondo".
En 1954, il part pour l'Angleterre où il travaille pour diverses agences dans des registres allant du western à la SF.
En 1967, de retour en Italie, il illustre "Storia del West" (La Route de l'Ouest) avec Gino d'Antonio pour Bonelli.
En 1970, il entame une longue collaboration avec "Il Giornalino" en dessinant "Babe Ford" en 1970 avec Mario Basari (paru en France dans APACHES), "Pony Express" en 1971 avec Giani Caratelli (paru en France dans TOTEM 2ème série), "Mister Charade" en 1971 avec Alfredo Castelli, "Sherif" en 1978 toujours avec Castelli, "Gli angeli del West" en 1978 avec G. Longhi (Les Anges de l'Ouest parus dans diverses revues Mon Journal), les adaptations du roman de Jules Verne "Voyage au centre de la Terre" (paru chez Sagédition en 1978) ou "Moby Dick" en 1992, "Cheyenne" en 1998, "La figlia del capitano" en 1998 avec Toni Pagot et bien d'autres ("Mitty", "Ronin", "Susanna" avec Gino D'Antonio etc.). Durant la même période, on le voit aussi chez Bonelli sur "Ken Parker" (alias "Long Rifle" en France), "Nick Raider", "Mister No" ou "Zagor".
Il a également dessiné "L'uomo di Pechino" (L'Homme de Pékin) dans la collection "Un Uomo, un'Avventura" (Un Homme, une Aventure) et d'autres histoires qu'on a pû lire dans "Les Indomptables" (N°1, 2 et 8).

Les Indomptables N°1

Les séries

CAPTAIN JAMES (Roger Lecureux & Lucien Nortier puis P. Brisson) N° 7, 8, 9. Frank James est le fameux Capitaine James surnommé "James -Trois-doigts" car il lui manque une phalange à deux doigts de la main droite. Alors qu'il ramène le jeune Tiboy à son père Kennedy Masson, il découvre que ce dernier a été assassiné alors qu'il était le shériff. James décide de le venger et prend Tiboy sous son aile. Au cours de cette expédition, il rencontre Slimy l'ourson qui va devenir leur compagnon de errance à travers l'Ouest américain. Un western très classique réalisé par des français, ce qui est assez rare... A noter que le premier épisode est dû à Lucien Nortier sur 46 pages, puis Brisson a pris la relève.
On peut lire aussi cette série dans LA ROUTE DE L'OUEST N°128 à 142, TOTEM (1ÈRE SÉRIE) N° 41 à 47 et WHIPII! N° 9.

BILLY BOY N° 8 à 12, 66 à 72. Sam Sanders travaille pour le service postal à cheval. Alors qu'il rentre chez lui, il reçoit une flèche empoisonnée dans la jambe et le docteur est contraint de l'amputer. Désormais, il ne pourra plus remplir sa mission. Son fils Billy boy décide de le remplacer et il est embauché. Malheureusement, la blessure de son père n'est pas dûe à une attaque d'indiens, mais à un complot pour prendre sa place. Par conséquent, Billy se retrouve visé par les mêmes bandits. Après cette première aventure, on suivra Billy au sein de son travail et il se liera même d'amitié avec Muaki, l'indien qui a blessé son père. Une série classique au trait désuet. NB : Les épisodes parus dans les N°66 à 72 sont des rééditions des N°8 à 12.

Fulgor en version hollandaise

FULGOR (Roberto Renzi & Augusto Pedrazza) N° 15 à 18. Série italienne (1952-1953) de 48 épisodes édités par Tomasina dans la collection Guizzo. Lord Fulgor est un jeune savant britannique émigré en Amérique. Doté d'une fortune considérable, il se déplace en jet privé qu'il pilote lui-même. C'est ainsi qu'il part donner une conférence sur les soucoupes volantes à New York. Devant l'incrédulité de l'assemblé présente, il repart bredouille, mais trouve un OVNI sur son chemin. Après une poursuite et un combat, les deux machines volantes s'écrasent et Fulgor tombe nez à nez avec des robots. Il parvient à leur échapper et à s'approprier une de leurs radios. Plus tard, il réussit à entrer en contact avec les extra-terrestres qui se révèlent être des Martiens. Partagés entre deux clans rivaux, les Mayors hostiles et les Minors amicaux.. Fulgor se lie d'amitié ave les seconds tandis que les premiers kidnappent Patricia, sa fiancée. S'engage alors une lutte entre Fulgor et les Martiens... Une série désuète où l'on reconnait l'imagination débridée de Roberto Renzi qui ne s'attache guère à la réalité scientifique.

FLÈCHE D'ARGENT N° 18 à 20, 22 à 26.
Flèche d'Argent est le chef indien des Aurikans, mais sa renommée dépasse largement le monde de sa tribu et il est respecté même chez les blancs de par ses actions pour la justice. Bien qu'étant un héros solitaire, Douce-Fleur est son éternelle fiancée et il brave aussi tous les dangers pour aller la secourir.
Une série très classique qui a bien mal vieillie avec un dessin à l'avenant.
On peut aussi la lire dans KRIS LE SHÉRIFF N° 29 à 31.

FRÈRES DE SANG (Ivo Pavone) N° 16 à 18, 20, 21.
Deux jeunes garçons Kail et Moki ont été inversés alors qu'ils étaient bébés. Kail qui était un indien s'est retrouvé chez les blancs tandis que Moki, fils d'un trappeur a été élevé par les indiens Hurons. Devenus plus grands, ils se retrouvent et deviennent même amis tout en ignorant leur destin croisé. Cependant, ils finissent par apprendre la vérité, mais un problème se pose : Moki doit devenir le prochain chef de la tribu (sachem) et les Hurons n'accepteraient pas d'être dirigés par un blanc.
Une série classique sur un thème assez original.

FLÈCHE ROUGE (Sánchez Avia-Boluda) N° 27 à 44, 48 à 53, 55.
Série espagnole appelée "Flecha Roja" paru chez l'éditeur Maga durant 79 épisodes à partir de 1962 (format 17x24 cm). Flèche Rouge est un indien vivant dans le comté de la Loma. Marié avec Blondie Rider, il vit en parfaite harmonie avec les blancs. ils ont eu un fils appelé Petite Plume. Dans son entourage, il y a encore John Rider, le père de Blondie et Nick son beau-frère. Flèche Rouge et son fils jouant les justiciers alentour.
Un western des plus classiques qui a pas mal vieilli.


Un numéro de FLECHA ROJA en espagnol

DAN CANYON N° 30 à 32, 35. Dan Canyon est shérif à El Paso. Il y fait régner l'ordre en compagnie de Sancho son adjoint un peu trouillard. Un western tout ce qu'il y a de plus classique qu'on peut lire aussi dans LANCELOT N° 122.

LES DURS DE DURS N° 43 à 51, 53 à 80. Le "Fortune Ranch" est l'endroit où habite la famille Carson. Au côté du père et de la mère Carson, il y a Stick, le jeune premier, Molly, la fille séduisante, Boniface dit "Bobo", le fils au physique ingrat et à l'esprit un peu lent et Tiny et Tina les deux jumeaux espiègles. Ils sont aussi accompagnés par Manuel, le Mexicain fidèle dans la gestion du bétail et autres mésaventures leur arrivant au quotidien. Une série qui n'est pas sans rappeler Giddap Joe.

MADOK N° 44 à 60. Aigle Blanc est un chef Pawnee respecté qui punit Taureau Noir pour avoir trafiqué du whisky avec des blancs. Ce dernier jure de se venger et entame son plan en enlevant Tadik, le fils d'Aigle Blanc qu'il confie à des occupants d'une caravane en leur racontant que ses parents ont été tués par des Pawnees. Des années plus tard, Aigle Blanc a eu un second fils appelé Madok qui devint le chef de la tribu tandis que Tadik, élevé par des blancs sous le nom de Kid Maloney devient chef du fort voisin en vouant une haine féroce aux Pawnees. Rapidement, les deux frères sont amenés à se rencontrer et inévitablement le conflit éclate entre eux, surtout que Diana, la fiancée de Kid, n'est pas insensible aux charmes de Madok. Pendant ce temps, Taureau Noir continue à exercer sa vengeance.
Une idée originale pour cette série assez classique.

BABE FORD (Mario Basari & Renato Polese) N° 61 à 65. Série italienne du même nom parue dans "Il Giornalino". Babe Ford est un jeune avocat séduisant de Dallas. Secondé par le noir Elie, il s'attache à faire régner la justice alentours tandis que Giom et Giam, ses deux serviteurs noirs aussi peureux que paresseux tentent d'en faire le moins possible.
Une série assez classique, mais bien menée et bien servie par le trait agréable de Renato Polese.

JIMMY CROCKETT (Jorge Moliterni) N° 73 à 76, 74, 75. Jimmy est le fils de Davy Crockett et on le voit vivre diverses aventures au Mexique et aux USA, notamment pour sauver Maria, sa dulcinée. Si le dessin est de qualité, le scénario reste confiné dans un classicisme sans surprise avec un héros un peu pâlichon.
Parution aussi dans CARABINA SLIM N° 67 à 79.

TICONDEROGA (Hector Oesterheld & Hugo Pratt, Gisela Dester) N° 91, 92. Série argentine du même nom paru dans la revue "FRONTERA" en 1957. Cette série a été reprise en album chez les Humanoïdes Associés en 1982 (avec des épisodes différents). A la fin du 18ème siècle, le mécontentement règne dans la Nouvelle Angleterre contre la couronne britannique. A l'intérieur des terres, les trappeurs se plaignent également de l'injustice des lois à leur égard. L'heure de la révolte sonne quand Sir Charley est déclaré propriétaire de la forêt par la couronne et commence à vouloir en chasser ses habitants. Ticonderoga et son ami Nosy mènent la rebellion et on les suit à travers leurs combats.
Une série qui n'est pas sans rappeler Blek ou Capt'ain Swing, mais avec un traitement plus réaliste.

MARTIN GAUCHO (Eustaquio Segrelles del Pilar) N° 103 à 105.
Série espagnole créée en 1964 pour l'éditeur Maga. Au Paraguay, Martin le gaucho est le contre-maître du ranch de Rosa Maria dont le père est mort victime des indiens. A la suite d'une machination monté par Roger le Bagarreur et le juge Jackson, il est condamné pour avoir organisé l'attaque des indiens ayant conduit à la mort du père de Rosa Maria. Fort heureusement, son ami Pedro ne droit pas en sa culpabilité et le fait échapper de la prison. Ensemble, ils vont tenter de découvrir la vérité sur cette affaire.
Une courte série classique, mais bien menée. Il semble qu'il y ait eu plusieurs dessinateurs.

COEUR COURAGEUX (Jack Pamby) N° 107, 108. Série anglaise appelée "The Potters of Poole Street" parue dans la revue "VALIANT" du 19 mars au 1er décembre 1975. Fredda Potter est veuve depuis deux ans et la famille sombre dans la misère. Alors qu'on lui coupe le gaz, son fils Alfie décide de travailler pour renflouer les comptes familiaux et se payer le vélo que son père lui avait promis juste avant de mourir en tombant d'un échafaudage.
Une série un brin misérabiliste, mais on se prend rapidement de sympathie pour le héros.

AROK (Ennio & Vladimiro Missaglia) N° 93 à 108. Série italienne. Arok est le dernier indien mandan de sa tribu et les autres indiens sont persuadés qu'il porte malheur et apporte la maladie autour de lui. Pour cette raison, Makh-Piya-Luta des Sioux Oglalas refuse que sa fille Mahatessa l'épouse. Malgré tout, quand Galla, chef des Hunkpapa demande la main de cette dernière, son père lui refuse. Outragé ce dernier s'en va en maudissant Arok. Quelques temps plus tard, Galla kidnappe Mahatessa et Arok le poursuit pour la délivrer. En route, il fera la connaissance du vieux Jeremiah, qui malgré un air bourru, deviendra son meilleur ami. Arok finira par délivrer Mahatessa, mais ne pourra pas vivre avec elle. En désespoir de cause, il parcourt le pays en offrant son aide aux indiens.
Une série originale, traité sur un mode réaliste. Une réussite.

page de garde
Arok par Miro

Les autres séries : ALAMO JIM (Carlos Albiac & Carlos Casalla puis Vincenzo Monti) N° 57 à 59, ANDY ET SES FOURMIS N° 82, BANG BANG SAM (Vicar) N° 55, 57, 62, BILL FALCO (Pini Segna) N° 4 à 7, BLACK JACK (Antonio Mancuso & Franco Devescovi) N° 65 à 71, BUBULE ET GRIGNOTTE N° 97, CANADA JEAN (Ivo Pavone) N° 77 à 104, CAPT'AIN VIR-DE-BOR (Michel Paul Giroud) N°80, CYRANO N° 57, GIDDAP JOE N°106, JOHNNY FLIPPER (S. Tonna) N° 105, KRIS LE SHÉRIFF (Giana Anguissola & Lino Zuffi) N° 20 à 25, MARK TRAIL (Ed Dood) N° 63 à 65, 68, 69, 71 à 81, 83 à 102, ORESTE N° 22, PECOS BILL (Guido Martina & Raffaele Paparella) N°24 à 27, PETITE PLUME N° 81, PIMPIN ET SON ZOO (Leo Baxendale) N° 67, PON PON (Carlo Chendi & Luciano Bottaro) N°106, REX APACHE N° 40 à 43, ROULETABILLE (Daniel Martin) N°107, 108, SILVER SCOUT N° 12, 13, TEXAS BILL (Tito Marchioro) N° 36, 39, TIM TILLER N° 8, 9, TIMBALE LE TROUBADOUR (Jean Cézard) N° 15, WILD JOE N° 14, YANKEE (Michel Paul Giroud) N° 62, 88, 89.

Insolite :

Les premiers recueils étaient panachés avec EN GARDE et WHIPEE!

Le N°1 de mai 1957 était au format Récit Complet (13,5 x 18 cm)

La série FULGOR de Pedrazza apparait sans titre dans les N°15 et 16, mais aucun doute n'est possible car son héros s'appelle bien ainsi.

Comme pour TOTEM, Giddap Joe apparait pour un épisode unique (en réédition) dans les derniers numéros.

Bien que présenté comme une série "Timbale le troubadour" de Cézard ne connaîtra qu'un seul épisode.

Mark Trail est paru aussi dans AKIM et OLD BRIDGER de l'éditeur Del Duca ainsi que dans sa propre revue chez l'éditeur Mireille ou encore sous le nom de Mark Been dans la revue CREEK.

Apaches N°37 par Enzo Chiomenti

Internet

Bien entendu, on pourra toujours consulter les index habituels des revues Mon Journal à l'adresse : http://bdmonjournal.free.fr/apaches/index.htm

Sans oublier la base de données de "Dans la Gueule du Loup" à l'adresse : http://www.danslagueuleduloup.com/GENPAGES/DSE_CAAH.HTM

Le mois prochain, je parlerais des albums de Mon Journal.

Remerciements à Franck Anger et Fabrice Castanet pour leur aide précieuse dans la rédaction de cet article.

Dominik Vallet


© Pimpf? le 12/07/2004. Proposer un site