Pimpf
Arédit-Artima : Les BD de guerre chez Artima (2/3)
LES PRINCIPALES SERIES

Sergent rock SGT. ROCK

"Engagez-vous donc dans la compagnie E, vous serez aux premières loges pour voir ce qu’est la vraie guerre." Cette phrase utilisée ironiquement dans un épisode du Tank Hanté, "Le tank kidnappé" publié dans CHOC 3ème série n°3 (G.I. Combat #181), résume bien l’univers réaliste et atroce du sergent Rock qui se présente souvent au début comme l’Oncle Paul racontant ses histoires. "Je suis le sergent Rock de la compagnie E". "Je suis Rock. Chaque fois que j’envoie la "E" en mission, mes galons pèsent une tonne". Le sergent Frank Rock est responsable de ses hommes qui composent la compagnie "E" (Easy Co. en anglais), parfois appelée dans d’autres épisodes la 5ème compagnie ou même la "Pépère" (!!). Dans cette compagnie, on retrouve souvent : Bulldozer, une grande armoire à glace ; Cerf Adroit, un indien ; Jackie Johnson, un noir ; et Wildman, un barbu. Le principal adversaire du sergent Rock est le Major de Fer (Iron Major), un officier allemand avec une main de fer ; il apparaît dans plusieurs épisodes (SGT. ROCK n°3 et 13 par exemple) et donne même un coup de main au sergent pour arrêter une bande de déserteurs (SGT. Rock #420, inédit en France).,
La première histoire "officielle" du sergent Rock était parue dans Our Army at War #81 en avril 1959 sous le titre suivant : "The Rock of Easy Co." ("Roc contre Fer" dans SGT. ROCK n°12 et CHOC 3ème série n°5 en France) avec Bob Haney aux textes et Ross Andru et Mike Esposito aux dessins. Mais Robert Kanigher avait introduit le personnage du "Rock" dans All-American Men of War #28 en 1955, dans G.I. Combat #45 en 1957 et dans G.I. Combat #56 en 1958 et , ensuite, continua à écrire les aventures du Sergent Rock et de la compagnie Easy de 1959 à 1988 - soit, en tout, plus de 300 épisodes.
Dès Our Army at War #83 de Juin 1959, Joe Kubert assura les dessins de Sergent Rock jusqu’en 1967, puis en alternance avec Russ Heath jusqu’en 1971. Ensuite, on retrouva les noms de John Severin, George Evans et Frank Redondo parmi les principaux dessinateurs.

Le sergent Rock et la compagnie Easy sont présents sur tous les champs de bataille où les soldats américains ont combattu durant la seconde guerre mondiale : en Italie, lors du débarquement à Salerne (BRULANT n°40/Our Army at War #234) ou à Anzio (Our Army at War #302 à 304, inédit en France) ; sur le Pacifique (CHOC 2ème série n°28 et 29/Our Army at War #257 et 258) ; en France (CHOC 3ème série n°1/Our Army at War #267 et 272) ; etc. La plupart des récits dénoncent l’absurdité de la guerre ainsi que ses atrocités et ses coûts en vies humaines, mais certains récits se tournent vers le fantastique (voir les épisodes : "L’engeance du démon" dans CHOC 3ème série n°1/Our Army at War #270 ; "Une balle pour Rock" dans CHOC 3ème série n°3/Our Army at War #276 ; et "Les vautours" dans CHOC 3ème série n°7/Our Army at War #282). Pendant une longue période, chaque épisode du Sergent Rock se terminait par la phrase : "Make war no more" (Ne faites plus la guerre).
Our Army At War #193

LE TANK HANTE (The Haunted Tank)

GI combat #159 Le premier "tank hanté" est un tank M3 Stuart agrémenté d’un drapeau sudiste au-dessus de la tourelle. Il est hanté par le fantôme du général sudiste Stuart ayant combattu à Bull Run et à Richmond durant la guerre de Sécession. Le lieutenant Jeb Stuart, chef de char, est le seul à voir ce fantôme qui lui donne un message sous forme d’avertissement ou d’énigme au début de chaque histoire ; les tankistes, Slim, Rick et Arch Asher, croient qu’ils ont affaire à un chef de char délirant et parlant tout seul. L’équipe, à bord de ce "tank hanté", va vivre des aventures originales dénonçant bien sûr les atrocités de la guerre et parfois teintées de fantastique. Depuis leur première apparition aux USA dans G.I. Combat #87, Robert Kanigher a écrit la plupart des scénarios du Tank Hanté. Pendant quelques épisodes, Archie Goodwin l’a remplacé et a ajouté quelques moments dramatiques comme la mort de l’un des tankistes, Arch Asher, dans l’épisode intitulé "Le jour du Goth" dans BRÛLANT 2ème série n°6 (G.I. Combat #161, 162), qui sera remplacé par Gus Gray, un représentant des Afro-Americains souvent non présentés dans les comics américains auparavant. Sam Glanzman a été le principal dessinateur de cette série qui a eu au moins 200 épisodes (jusqu’à G.I. Combat #288) ; Russ Heath et Mort Drucker en ont dessiné quelques épisodes.
LE SOLDAT INCONNU (The Unknown Soldier)

Le Soldat Inconnu, personnage créé par Robert Kanigher et Joe Kubert, apparaît pour la première fois dans une histoire du Sergent Rock. Ensuite, une série du même nom a été lancée dans le magazine Star Spangled War Stories à partir du n°151 qui prendra le nom de The Unknown Soldier dès le n°205 et qui s’arrêtera au n°268. Complètement dévisagé, il apparaît enveloppé sous des bandes et utilise son art du déguisement pour déjouer les plans des nazis. Parmi les scénaristes de la série, il y a Archie Goodwin et Franck Robbins qui ont travaillé avec le dessinateur Jack Sparling et aussi David Michelinie qui, avec Gerry Talaoc, a dressé un portrait amer et cynique du soldat inconnu menant à bien ses missions avec des moyens peu orthodoxes.
Choc N°8

LES PERDANTS (The Losers)

Qui sont les perdants ? Sarge (ou Sergent) et Gunner (ou Mitrailleur) de l’infanterie ; le capitaine Johnny Cloud, un as Navajo de l’aviation ; et le Capitaine Storm de la marine portant une jambe de bois.
Ou Fighting Forces #143 Avant de faire équipe, Sarge et Gunner avaient leurs propres récits, parfois accompagnés du chien Pooch, ainsi que Johnny Cloud dans All-American Men of War et le capitaine Storm dans un magazine homonyme. Un cinquième personnage apparut au bout de quelques épisodes : Ona Tornsen, une alpiniste norvégienne.

Pourquoi les perdants ? Les missions-suicides sur lesquelles sont envoyés les perdants se terminent certes avec succès, mais en "perdant" quelque chose au passage ; or cette perte n’affecte pas trop leur sens de l’humour ni leur camaraderie : pour eux, ça fait partie de la guerre. Pendant quelques épisodes, une grosse "perte" était celle du capitaine Storm, disparu lors de la destruction d’un village norvégien, et Ona Tornsen décida de le remplacer pour avoir donné sa vie au peuple norvégien ; mais celui-ci revenait, amnésique, sous le nom du pirate, avec un bandeau sur l’oeil droit (BRÛLANT n°39 à 44).

Parmi les auteurs de cette série, Robert Kanigher a assuré une grosse partie des scénarios et l’excellent John Severin ainsi que le dynamique George Evans étaient les principaux dessinateurs avec Ross Andru. A noter aussi que Jack Kirby a réalisé 12 épisodes de la série (BRÛLANT 2ème série n°6 et CHOC 2ème série n°26 à 32).

l’As Ennemi (Enemy Ace)

C’est le titre d’une autre série créée par le tandem Bob Kanigher/Joe Kubert qui démarre en 1965 aux USA dès Our Army at War #151, et c’est une réussite. L’as ennemi, c’est le Baron Hans Van Hammer, un pilote allemand de la première guerre mondiale amer et désabusé. L’originalité de cette série, c’est de voir le point de vue d’un ennemi sur la guerre, que l’on voit très rarement dans une bande dessinée. Bob Kanigher y dénonce une fois de plus les absurdités de la guerre et Joe Kubert excelle en y livrant de superbes scènes de combats aériens.

Capitaine HUNTER/Lieutenant HUNTER et ses Diables Rouges (Captain Hunter/Lt. Hunter’s Hellcats)

La plupart des BD de guerre américains édités par DC Comics avaient pour cadre la Seconde Guerre Mondiale, ou parfois la première guerre mondiale ou la guerre de Sécession. Vers la fin des années 1960, Robert Kanigher envisagea de lancer un nouvel héros dans le cadre de la guerre du Viet Nâm. Malheureusement, la série n’a pas eu le succès escompté à cette époque, où les américains commençaient à mal juger cette guerre. Accompagné de Lu-Lin, une viet-namienne, le Capitaine Phil Hunter traverse la jungle à la recherche de son frère disparu, le lieutenant Nick Hunter et déjoue les pièges des Viet-Congs. Cette série, paraissant à l’origine dans le magazine Our Fighting Forces dès le n°99, a été adaptée dans BRÛLANT 1ère et 2ème séries. Son principal dessinateur était Jack Abel.

Après l’échec du Capitaine Hunter, Robert Kanigher créa, toujours dans le magazine Our Fighting Forces, une nouvelle série intitulée "Lieutenant Hunter et ses Diables Rouges" évoluant dans la seconde guerre mondiale, où l’on retrouve un certain humour et moins de réalisme que dans certaines séries. Après quelques épisodes, Virago, une femme charmante, fait partie des Diables Rouges. Parmi les dessinateurs de la série, on reconnaît le style de Jack Abel et de Jack Sparling.
Hellcats

Mademoiselle MARIE

Mademoiselle Marie Chaque fois que Sergent Rock ou un autre héros se balade en France occupée pour arrêter une menace nazie, il y a de fortes chances que Mademoiselle Marie intervienne pour lui porter secours. Mademoiselle Marie, avec des faux airs d’Audrey Hepburn, est toujours vêtue d’un béret et armée d’un fusil mitrailleur. Patriotique, indépendante et très décidée, elle représente la résistance française et apporte un charme féminin qui manque dans ces récits de guerre. Elle aide à un moment inattendu le sergent Rock et sa compagnie à sortir d’un piège, comme dans l’épisode "Un cercueil pour la "E""(CHOC 3ème série n°14 / "Coffin for Easy" from Our Army at War #294). Elle donne rendez-vous à l’équipe du Tank Hanté pour éliminer sous le déguisement de clowns "le maître des interrogatoires" (SGT. ROCK n°11). Elle accompagne le lieutenant Hunter et ses diables rouges (SGT. ROCK n°9 et 14) dans des missions délicates pour mettre fin aux projets de l’ennemi nazi. Elle est chargée d’éliminer le Soldat Inconnu, accusé alors de trahison, qui tente de prouver son innocence dans "Le traître" (CHOC 3ème série n°8).
Robert Kanigher a créé le personnage de Mademoiselle Marie et lui a écrit quelques épisodes dans Star Spangled War Stories. Il a imaginé aussi une idylle entre elle et le sergent Rock, mais la guerre passe avant tout.

La Guerre oubliée par le Temps (War That Time Forgot)

C’est le titre d’une série originale mélangeant les genres de la guerre et du fantastique. La guerre oubliée par le temps est la seconde guerre mondiale, où l’on voit des dinosaures et des soldats se battre.
Robert Kanigher, une fois de plus le créateur de cette série, s’était inspiré des épisodes de Suicide Squad qu’il avait écrits pour THE BRAVE AND THE BOLD. Parmi les dessinateurs de cette série, on retrouve Russ Heath avec ses traits très précis et d’un grand dynamisme.

U.S.S. STEVENS

Encore une série originale, écrite et dessinée par Sam Glanzman, le dessinateur du Tank Hanté, qui a fait son service durant la seconde guerre mondiale en tant que marin sur le destroyer américain U.S.S. Stevens. Les récits, faisant en moyenne cinq pages, montraient les points de vue ou les sentiments des personnages – marins, soldats américains ou japonais, décrits avec beaucoup de sensibilité, embarqués dans cette guerre. Par exemple, dans BRÛLANT n°44, le récit "Ces îles d’amour" montrait les pensées d’un jeune marin sur les îles du Pacifique sur fond de combats aériens et navals. Autre exemple, dans CHOC 3ème série n°6, "Face je gagne, pile tu perds" montre l’amitié entre un marin américain et un soldat japonais, tous deux joueurs de dés. La série U.S.S. Stevens, publiée entre 1970 et 1977 en seconde partie des magazines américains, contenait au moins 58 épisodes.
USS Stevens

Fossoyeur (Gravedigger)

En 1977, un nouveau magazine de comics a été publié dans le genre guerre par DC : Men of War. En couverture, un héros noir : le Fossoyeur. David Micheline, déjà scénariste du Soldat Inconnu, suivi plus tard de Roger McKenzie, écrivait les histoires de Ulysse Hazard, un fossoyeur devenu grâce à sa tenacité et sa fougue un commando de mort envoyé dans des missions- suicides. Cette série très réaliste et violente dénonça la condition des noirs durant la seconde guerre mondiale. La série, qui a duré vingt-six épisodes, a été adaptée dans CHOC 2ème série dès le n°26 et aussi dans CHOC 3ème série. Son principal dessinateur était Dick Ayers.

Les autres séries de DC

Dans BRÛLANT 1ère série et 2ème série, il y avait quelques séries western comme : Jonax Hex, un pistolero sudiste défiguré qui a eu sa propre série chez Artima dans les années 1980 (dessinateurs : Tony de Zuniga et Dick Ayers) ; le fils de Tomahawk avec des scénarios de Robert Kanigher et des beaux dessins de Frank Thorne ; et El Diablo, un justicier masqué ressemblant à Zorro, dans de courts récits dessinés par de grands artistes tels que Neal Adams ou Gray Morrow.

Parmi d’autres séries de guerre éditées dans RAID, il y avait : Aigle Noir, un as de l’aviation noir, imaginé par Robert Kanigher avec des dessins de Dick Ayers, dirigeant à bord de son avion de chasse P-38 une escadrille uniquement composée de pilotes noirs ; Force 3, une unité composée de trois hommes ayant eu leurs familles massacrées par l’ennemi : Dickson l’américain, Stefan le polonais et Leonidas le grec (scénario de Robert Kanigher et dessins de Jerry Grandenetti) ; et Commando Viking qui raconte l’histoire de Valoric, un guerrier nordique du XIIème siècle (!) plongé dans la seconde guerre mondiale, combattant l’ennemi nazi en attendant d’être emporté au Valhalla par Fey la valkyrie (scénario de Robert Kanigher et dessins de George Evans).

Robert Kanigher avait aussi imaginé, après le succès de l’As Ennemi, une autre série montrant le point de vue de la guerre par des soldats allemands de la seconde guerre mondiale : Blitzkrieg. malheureusement, cette série ne dépassa pas les cinq numéros aux USA.

SGT. FURY et les autres séries de Marvel

War is hell #8 Avant d’être colonel et d’assurer la sécurité du monde en tant que chef du SHIELD dans les publications VENGEUR et L’INATTENDU aux éditions Artima, Nick Fury était sergent d’infanterie et commandait une équipe d’élite : les commandos hurleurs (The Howling Commandos), composés du caporal Dum Dum Dugan, de Dino Manelli, de Rebel Ralston, de Gabriel Jones, d’Izzy Cohen et de Percival Pinkerton. Sous les ordres du capitaine Sam Samyer, Sergent Fury et ses hurleurs partaient en mission pour contrecarrer les plans de l’ennemi nazi - ils manifestaient leur présence en hurlant "Wah-hoo !"

La série Sgt. Fury and his Howling Commandos était imaginée en 1963 par Stan Lee et Jack Kirby comme bon nombre des séries de super-héros Marvel à cette période. Puis la série était reprise par Dick Ayers pour les dessins, souvent assisté de John Severin qui assurait les détails, et par Roy Thomas et Gary Friedrich pour les scénarios. Certains épisodes ont été publiés dans CHOC 2ème série en tant que seconde partie et aussi dans WHAM.

Une autre série de guerre de chez Marvel, Captain Savage (Captain Savage and his Leatherneck Raiders), a été adaptée par Artima et publiée dans CHOC 2ème série. Le capitaine Savage de la marine américaine commandait une équipe d’élite composée de marines ; on y trouvait Little Bear, un indien criant "Géronimo" à chaque mission, Larocque, un séducteur français, Yakkity Yates, Baker et Stone. Parfois, le sergent Fury leur donnait un coup de main. D’autres épisodes de cette série ont été publiés dans la série KAMIKAZE.

Chez Marvel, il faut signaler Les Envahisseurs (The Invaders), une série de 41 épisodes mélangeant le genre guerre et le genre super-héros sortie en 1975. Captain America, Submariner, la Torche Humaine et Toro s’étaient associés pour lutter contre les nazis. Cette série, dont quelques épisodes ont été publiés par les éditions Lug dans TITANS, était réalisée par le scénariste Roy Thomas et le dessinateur Frank Robbins.

Enfin, une série intitulée War Is hell, écrite par Chris Claremont et racontant les "vies" de soldats ou de victimes de la seconde guerre mondiale que doit vivre John Kowalski, un polonais mort le premier jour de cette guerre, a été adaptée par Artima dans une de leurs revues.

Franck Anger

War is Hell #15


© Pimpf? le 11/09/2001. Proposer un site